La nuit, dans un pays de fleurs

(Mis à jour le: 3 août 2016)
Evaluer cet article

La nuit, dans un pays de fleurs
Tristes comme tes yeux, ô Bonne,
J’ai tressé pour toi la couronne
     Mystique des sept douleurs.

 


Ci l’amarante et l’anémone,
Le souci, la rose et l’iris,
Avec l’asphodèle et le lis
     Des urnes d’or de l’automne.

Mon âme, qui se sent mourir,
Comme la lune, en leurs corolles,
Ne sait plus le sens des paroles
     Dont tu voulus l’attendrir.

Aux eaux oublieuses du fleuve
Qui coule vers la mer sans nom,
Il faudra, le voudrais-je ou non,
     Qu’un soir d’effroi je m’abreuve.

Voici ces fleurs des anciens cieux :
J’en vais cueillir d’autres, ô Bonne,
Dans des pays d’ombre où l’automne
     Est triste comme tes yeux.

 




Voulez-vous commenter cet article ?

Votre email ne sera pas publié

Réalisation : www.redigeons.com - http://www.webmarketing-seo.fr/