La mort de l’été

Evaluer cet article
Les murs de la ville
Sont tombés sur l'été
Et la belle saison
Est morte écrasée
Sous les coups de butoir
Des moellons

Un corbeau déplumé
S'est pendu
A l'une des branches les plus
Basses d'un chêne
Lui aussi dévêtu

Dans la  terre noirâtre
Je me suis allongé
Près de toi
Qui m'as tendu la main

Ensemble nous avons
Tenté d'apercevoir
Dans le ciel assombri
Les signes du destin

© Jacques Herman – 2006



Réalisation : www.redigeons.com - http://www.webmarketing-seo.fr/