La lune

(Mis à jour le: 28 décembre 2015)
Evaluer cet article

La lune se leva bizarrement cornue
Parmi les tulipiers au bout de l’ avenue,
Ce soir. ô la villa proprette et ses blancs murs,
Et son balcon de bois chargé de raisins mûrs.

O la brise d’ été qu’ embaumaient les ramures
En fleurs, qu’ embaumaient les pins et la haie aux mûres
L’air de violon qui s’ est plaint soudain : connu,
Air connu, très doux et comme ressouvenu.

Le vin que nous buvions sentait la peau de l’ outre.
Je vous pris les deux mains, mais vous passâtes outre,


Ce soir, sur le balcon où grimpaient des muscats.
Pire que bonne vous fûtes et je fus sage.
Vous aviez un bouquet de cassie au corsage,
Et votre cou cerclé d’ un collier de ducats.

 

Les cantilènes Livre 2

Jean Moréas

La lune Les cantilènes Livre 2 Poésie Jean Moréas

 Poésie Jean Moréas - Les cantilènes Livre 2 - La lune -  La lune se leva bizarrement cornue Parmi les tulipiers au bout de l' avenue,



Voulez-vous commenter cet article ?

Votre email ne sera pas publié

Réalisation : www.redigeons.com - http://www.webmarketing-seo.fr/