La jeune fille de Budapest

(Mis à jour le: 23 décembre 2015)
Evaluer cet article

Dans la brume tiède d’une haleine de jeune fille, j’ai pris place
Je me suis retiré, je n’ai pas quitté ma place.
Ses bras ne pèsent rien. On les rencontre comme l’eau.

Ce qui est fané disparaît devant elle. Il ne reste que ses yeux.
Longues belles herbes, longues belles fleurs croissaient dans notre champ.
Obstacle si léger sur ma poitrine, comme tu t’appuies maintenant.
Tu t’appuies tellement, maintenant que tu n’es plus.

Textes poétiques
Henri Michaux

La jeune fille de Budapest textes poétiques poésie Henri Michaux

 poésie Henri Michaux - textes poétiques - La jeune fille de Budapest -  Dans la brume tiède d'une haleine de jeune fille, j'ai pris place Je me suis retiré, je n'ai pas quitté ma place.



Voulez-vous commenter cet article ?

Votre email ne sera pas publié

Réalisation : www.redigeons.com - http://www.webmarketing-seo.fr/