La Fleur rouge

(Mis à jour le: 8 mai 2014)


À moi seul !… pour moi seul !… Oh ! toute ma pensée
Fixe, ardente et jalouse, allait, en frémissant,
Vers cette fleur de pourpre, à ta gorge placée
        Comme une goutte de ton sang ;

 


Chaude émanation, larme rouge, venue
Des sources de ce cœur où tu m’as fait puiser,
Et que j’aurais voulu, sur ta poitrine nue,
        Boire, à genoux, dans un baiser !

Ta robe, autour de toi, flottait comme un nuage ;
Tes cheveux déroulés m’embaumaient en passant ;
Mais je suivais toujours, sur les bords du corsage,
        L’étoile au disque rougissant.

À moi seul !… pour moi seul !… J’ai la fleur. Ô folie !
Ô rêve !… humide encor des tiédeurs de ta peau ;
Et cette fleur n’est pas de celles qu’on oublie,
        Ou qu’on attache à son chapeau !

Au plus suave endroit de mon plus cher poète,
Demain, dans quelque beau volume à tranche d’or,
Grave, religieux, et découvrant ma tête,
        J’ensevelirai mon trésor ;

Afin que ― tous les deux ayant cessé de vivre ―
Quelque couple, ici-bas, jeune et tendre, à son tour,
Devine notre histoire, en exhumant du livre
        Le squelette de notre amour !

 




Voulez-vous commenter cet article ?

Votre email ne sera pas publié

Réalisation : www.redigeons.com - http://www.webmarketing-seo.fr/