Jusqu’au lever tremblant

(Publié le 30 novembre 1999) (Mis à jour le: 8 mai 2014)

Dans la nuit noire repue
Stridents et suraigus
Des cris sont montés
Au travers du velours
Des heures qu'on n'agite jamais
De peur de les briser

 


De fenêtre en fenêtre
On s'interroge
On se questionne
Et même si l'on frissonne
A cause du froid
On se parle enfin
La nuit de vive voix
Entre voisins
Le silence pesant
Va tantôt retomber
Comme un rideau trop lourd
Qui descend s'écraser
Sur les toits de la ville
C'en est fini bientôt
Des discours tranquilles
Des amorces d'amour
Des propos que l'on tient
Pour meubler tant qu'à faire
Les heures qui restent
Jusqu'au petit matin
Jusqu'au lever tremblant
D'un nouveau jour d'hiver
Jacques Herman
2009

 




Voulez-vous commenter cet article ?

Votre email ne sera pas publié

Réalisation : www.redigeons.com - http://www.webmarketing-seo.fr/