Jehova ou l’idée de dieu

Evaluer cet article
Sinaï! Sinaï ! quelle nuit sur ta cime !
Quels éclairs, sur tes flancs, éblouissent les yeux !
Les noires vapeurs de l’abîme
Roulent en plis sanglants leurs vagues dans tes cieux !
La nue enflammée
Où ton front se perd
Vomit la fumée
Comme un chaume verd;
Le ciel d’où s’échappe


Eclair sur éclair,
Et pareil au fer
Que le marteau frappe,
Lançant coups sur coups
La nuit, la lumière,
Se voile ou s’éclaire,
S’ouvre ou se resserre,
Comme la paupière
D’un homme en courroux !

Un homme, un homme seul gravit tes flancs qui grondent,
En vain tes mille échos tonnent et se répondent,
Ses regards assurés ne se détournent pas !
Tout un peuple éperdu le regarde d’en bas;
Jusqu’aux lieux où ta cime et le ciel se confondent,
Il monte, et la tempête enveloppe ses pas !
Le nuage crève;
Son brûlant carreau
Jaillit comme un glaive
Qui sort du fourreau !
Les foudres portées
Sur ses plis mouvants,
Au hasard jetées
Par les quatre vents,
Entre elles heurtées,
Partent en tous sens,
Comme une volée
D’aiglons aguerris
Qu’un bruit de mêlée
A soudain surpris,
Qui, battant de l’aile,
Volent pêle-mêle
Autour de leurs nids,
Et loin de leur mère,
La mort dans leur serre,
S’élancent de l’aire
En poussant des cris !
Le cèdre s’embrase,
Crie, éclate, écrase
Sa brûlante base
Sous ses bras fumants !
La flamme en colonne
Monte, tourbillonne,
Retombe et bouillonne
En feux écumants;
La lave serpente,
Et de pente en pente
Etend son foyer;
La montagne ardente
Paraît ondoyer;
Le firmament double
Les feux dont il luit;
Tout regard se trouble,
Tout meurt ou tout fuit;
Et l’air qui s’enflamme,
Repliant la flamme
Autour du haut lieu,
Va de place en place
Où le vent le chasse,
Semer dans l’espace
Des lambeaux de feu !

Sous ce rideau brûlant qui le voile et l’éclaire,
Moïse a seul, vivant, osé s’ensevelir;
Quel regard sondera ce terrible mystère ?
Entre l’homme et le feu que va-t-il s’accomplir ?
Dissipez, vains mortels, l’effroi qui vous atterre !
C’est Jehova qui sort ! Il descend au milieu
Des tempêtes et du tonnerre !
C’est Dieu qui se choisit son peuple sur la terre,
C’est un peuple à genoux qui reconnaît son Dieu !

L’Indien, élevant son âme
Aux voûtes de son ciel d’azur,
Adore l’éternelle flamme
Prise à son foyer le plus pur;
Au premier rayon de l’aurore,
Il s’incline, il chante, il adore
L’astre d’où ruisselle le jour;
Et le soir, sa triste paupière
Sur le tombeau de la lumière
Pleure avec des larmes d’amour !


Pages: 1 2


Réalisation : www.redigeons.com - http://www.webmarketing-seo.fr/