Je t’apporte, ô sommeil…

Evaluer cet article
Je t’apporte, ô sommeil, du vin de quatre années
Du lait, des pavots noirs aux têtes couronnées ;
Veuille tes ailerons en ce lieu déployer,
Tant qu’Alison la vieille accroupie au foyer,
Qui d’un pouce retors et d’une dent mouillée,

Sa quenouille chargée a quasi dépouillée,
Laisse choir le fuseau, cesse de babiller,
Et de toute la nuit ne se puisse éveiller ;
Afin qu’à mon plaisir j’embrasse ma rebelle,
L’amoureuse Isabeau qui soupire auprès d’elle.

 

Bergeries

Philippe Desportes

Je t’apporte ô sommeil… Bergeries Poésie Philippe Desportes

 Poésie Philippe Desportes - Bergeries - Je t’apporte ô sommeil… -  Je t’apporte, ô sommeil, du vin de quatre années Du lait, des pavots noirs aux têtes couronnées ;


Réalisation : www.redigeons.com - http://www.webmarketing-seo.fr/