Je suis mort au bord de la grève

(Publié le 27 décembre 2009) (Mis à jour le: 25 janvier 2016)
Je suis mort au bord de la grève
D’un pays dont je fus roi
Las moi ! qu’ai-je trompé le rêve
Des blancs guerriers le la foi ?

Leurs trompettes d’or dans l’automne
Tonnent, et leurs cris de deuil
Vibrent dans le vent monotone
Qui souffle sur mon cercueil.


Dans ma main se rouille l’épée
Qui flamba sur maints combats
Quand les chantres de l’épopée
Suivaient l’éclair de mes pas.

Tout est fini. La Renommée
Ne sacrera plus ce front
Des fraîches palmes d’Idumée
Qui sauvent de tout affront.

Et les vierges qui par les routes
Semaient sous mon char des lys,
Je crois qu’elles vont s’enfuir toutes,
Riant des jours de jadis.

Pourquoi pleurer les infidèles
En mon éternel sommeil ?
Je sais que quand les hirondelles
Voleront vers le soleil,

Ta viendras, ô Reine du rêve,
De l’hiver des mers du Nord,
Ravir mon âme vers la grève
Où tout souvenir s’endort.

Petits poèmes d’automne
Stuart Merrill

Je suis mort au bord de la grève Petits poèmes d'automne Poésies Stuart Merrill

 Poésies Stuart Merrill - Petits poèmes d'automne - Je suis mort au bord de la grève -  Je suis mort au bord de la grève D’un pays dont je fus roi



Voulez-vous commenter cet article ?

Votre email ne sera pas publié

Réalisation : www.redigeons.com - http://www.webmarketing-seo.fr/