JAPON

(Publié le 23 mai 2006) (Mis à jour le: 8 mai 2014)

Le jour marche nu-pieds, tout comme un matelot ;

Les vagues de la mer s'enroulent à son pinceau.

Quand la mer mets ses pas dans le lit des volcans,

Des îlots, par milliers, surgissent de ses flancs,

Cousus par le sillage d'endiablés cargos.

Chaque jour qui se fait, il en vient de nouveaux.

Les dieux font la pose au faîte des rochers

En confidents penchés sur une âme inquiète ;

Une grue s'envole, éventail étoilé,

Dans le ciel voici sa grise silhouette.

Geïshas, à l'abri de leurs larges chapeaux,

Trottant à pas menus de rizières en coteaux ;

Si leur coeur est épris, c'est sous les éventails

Qu'elles tissent l'amour pour l'âme samouraille.




Voulez-vous commenter cet article ?

Votre email ne sera pas publié

Réalisation : www.redigeons.com - http://www.webmarketing-seo.fr/