J’ai vu le Diable, l’autre nuit

(Publié le 5 septembre 2006) (Mis à jour le: 8 mai 2014)


J'ai vu le Diable, l'autre nuit ;
Et, dessous sa pelure,
Il n'est pas aisé de conclure
S'il faut dire : Elle, ou : Lui.

 

Sa gorge, – avait l'air sous la faille,
De trembler de désir :
Tel, aux mains prés de le saisir,
Un bel oiseau défaille.

Telle, à la soif, dans Blidah bleu,
S'offre la pomme douce ;
Ou bien l'oronge, sous la mousse,
Lorsque tout bas il pleut.

– " Ah ! " dit Satan, et le silence
Frémissait à sa voix,
" Ils ne tombent pas tous, tu vois,
Les fruits de la Science ".

 




Voulez-vous commenter cet article ?

Votre email ne sera pas publié

Réalisation : www.redigeons.com - http://www.webmarketing-seo.fr/