J ‘attends. Le vent gémit

(Mis à jour le: 15 décembre 2015)
Evaluer cet article

J’attends. Le vent gémit.
Le soir vient. L’heure sonne.
Mon cœur impatient s’émeut. Rien ni personne.
J’attends, les yeux fermés pour ne pas voir le temps
Passer en déployant les ténèbres. J’attends.
Cédant au sommeil dont la quiétude tente,
J’ai passé cette nuit en un rêve d’attente.
Le jour est apparu baigné d’or pourpre et vif,
Comme hier, comme avant, mon cœur bat attentif.
Et je suis énervé d’attendre, sans comprendre,
Comme hier et demain, ce que je puis attendre.

J’interroge mon cœur, qui ne répond pas bien…
Ah ! qu’il est douloureux d’attendre toujours — rien ! 

L’âme solitaire

Albert Lozeau

J ‘attends. Le vent gémit L'ame solitaire Poésie Albert lozeau

 Poésie Albert lozeau - L'ame solitaire - J ‘attends. Le vent gémit -  J'attends. Le vent gémit. Le soir vient. L'heure sonne.



Voulez-vous commenter cet article ?

Votre email ne sera pas publié

Réalisation : www.redigeons.com - http://www.webmarketing-seo.fr/