Il suffit qu’un seul homme soit tenu sciemment

Evaluer cet article

Il suffit qu'un seul homme soit tenu sciemment,

ou, ce qui revient au même, sciemment laissé

dans la misère pour que le pacte civique tout entier soit nul ;

aussi longtemps qu'il y a un homme dehors, la porte qui lui

est fermée au nez ferme une cité d'injustice et de haine.

Pensées, p.23, Gallimard, 1934



Réalisation : www.redigeons.com - http://www.webmarketing-seo.fr/