Horace ACTE III Scène III

(Publié le 14 août 2011) (Mis à jour le: 25 janvier 2016)

Horace ACTE III Scène III

Horace par Pierre Corneille

Sabine

Ma sœur, que je vous die une bonne nouvelle.

Camille

Je pense la savoir, s’il faut la nommer telle.

On l’a dite à mon père, et j’étais avec lui;

Mais je n’en conçois rien qui flatte mon ennui.

Ce délai de nos maux rendra leurs coups plus rudes;

Ce n’est qu’un plus long terme à nos inquiétudes;

Et tout l’allégement qu’il en faut espérer,

C’est de pleurer plus tard ceux qu’il faudra pleurer.

Sabine

Les dieux n’ont pas en vain inspiré ce tumulte.

Camille

Disons plutôt, ma sœur, qu’en vain on les consulte.

Ces mêmes dieux à Tulle ont inspiré ce choix;

Et la voix du public n’est pas toujours leur voix;

Ils descendent bien moins dans de si bas étages

Que dans l’âme des rois, leurs vivantes images,

De qui l’indépendante et sainte autorité

Est un rayon secret de leur divinité.

Julie

C’est vouloir sans raison vous former des obstacles

Que de chercher leur voix ailleurs qu’en leurs oracles;

Et vous ne vous pouvez figurer tout perdu,

Sans démentir celui qui vous fut hier rendu.

Camille

Un oracle jamais ne se laisse comprendre:

On l’entend d’autant moins que plus on croit l’entendre;

Et loin de s’assurer sur un pareil arrêt,

Qui n’y voit rien d’obscur doit croire que tout l’est.

Sabine

Sur ce qui fait pour nous prenons plus d’assurance,

Et souffrons les douceurs d’une juste espérance.

Quand la faveur du ciel ouvre à demi ses bras,

Qui ne s’en promet rien ne la mérite pas;

Il empêche souvent qu’elle ne se déploie,

Et lorsqu’elle descend, son refus la renvoie.

Camille

Le ciel agit sans nous en ces événements,

Et ne les règle point dessus nos sentiments.

Julie

Il ne vous a fait peur que pour vous faire grâce.

Adieu: je vais savoir comme enfin tout se passe.

Modérez vos frayeurs; j’espère à mon retour

Ne vous entretenir que de propos d’amour,

Et que nous n’emploierons la fin de la journée

Qu’aux doux préparatifs d’un heureux hyménée.

Sabine

J’ose encor l’espérer.

Camille

Moi, je n’espère rien.

Julie

L’effet vous fera voir que nous en jugeons bien.

Horace ACTE III Scène III

La pièce de Théâtre Horace par Pierre Corneille.




Voulez-vous commenter cet article ?

Votre email ne sera pas publié

Réalisation : www.redigeons.com - http://www.webmarketing-seo.fr/