Hommage à Léo Ferré

(Publié le 15 juillet 2007) (Mis à jour le: 8 mai 2014)

Voici longtemps que je ne me pends plus

Au luminaire du salon

Au réverbère de la rue

Aux branches hautes des sapins

Ou d'autres arbres du jardin

 

Mon chimpanzé seul s'y royaume

Et s'il m'arrive de l'observer

Du coin de l'oeil

En balancement de métronome

Ce n'est pas pour me moquer

De lui mais au contraire

Pour l'admirer comme naguère

Léo Ferré admirait sa guenon

 

Mon chimpanzé ne fera pas

L'objet d'une chanson

Ensemble nous partirons

Sur la pointe des pieds

 

 

© Jacques Herman – 2007




Voulez-vous commenter cet article ?

Votre email ne sera pas publié

Réalisation : www.redigeons.com - http://www.webmarketing-seo.fr/