Hommage

(Publié le 30 novembre 1999) (Mis à jour le: 30 novembre 1999)

Un hommage à vous, qui sans le savoir
avez su tant m’offrir.

Par vos cris, vos pleurs, vos combats
vos envies, vos délires.

Vous êtes inscrit dans mon passé, mon
présent, mon avenir.

Vous qui êtes si différent, dans mon
cœur, j’ai su vous réunir.


J’ai transporté ses mots en 3ème
dans mon sac.

Quand je devais les lire j’avais un
foutu trac.

Au bord de la syncope et au bord de
l’attaque.

Là dans ma bouche les œuvres du grand
Jacques.


T’as jamais cru en rien même quand
t’étais là-haut.

Tes écrits hermétiques mais putain
que c’est beau.

Je m’y suis mis un peu tard à me
nourrir de tes maux.

L’Anarchisme à pleuré Bakounine et
toi mon vieux Léo.


J’ai suivi ton conseil « faut
pas jouer les loubards ».

De New York à Rio, tu fais fuir,
magicien, mon cafard.

Tes rythmes tropicaux, me suivent de
très tôt à très tard.

Quand le monde est trop noir, je
m’isole avec toi Bernard.


Comme une barmaid qu’attend son fixe.

Comme une âme égarée devant le Styx

Comme Dieu défiguré à la sortie
d’une rixe.

Dans cette petite salle j’hurle
Hubert-Felix.


Tu m’as donné le goût des mots, le
goût des rimes.

Je fredonnais aux filles tes paroles
pour la frime.

Quand je touche le fond, au bord de la
déprime.

Je vais faire un tour à Fontenay aux
roses, Maxime.


Tu es le refrain de notre amour et de
nos nuits martiennes.

Ma Vedra aimerait t’applaudir dans
une salle parisienne.

Moi j’ai fondu ado pour le fun d’un
week end à l’italienne.

Depuis je pop satorise, sur tes
mélodies et tes mots Etienne.


Tes chansons, des liqueurs qu’on boit
dans des calices.

Ton regard sur le monde est vrai, sans
besoin d’artifice.

Tes écrits se composent de douceur et
d’épices,

Dans ce monde Fragile fait de Roses et
d’orties, Francis.


T’as cru à la commune et à l’amour
des gens.

T’as chanté l’embellie comme
personne avant.

Tu m’as donné la paix simplement en
chantant.

Tu sera toujours mon chant du partisan,
Jean.




C’est l’heure du requiem au con et
à sa verge

Pour faire du Gainsbarre faut que ça
gamberge

Pas de BB, pas d’Birkin là-bas sur
l’autre berge.

Ici plus de folie, plus de génie, plus
de Serge.


Tu apportais de l’eau et t’as perdu
tes ailes.

Qui va sauver l’amour, toujours pas
de nouvelles.

On meurt toujours de faim au fin fond
du Sahel.

Le monde semblait meilleur quand
t’étais là Daniel.


Georges, ton prénom en avant, tu es
le capitaine à bord.

Fripon, poète, tout me plait, jusqu’à
tes moindres accords,

Tes personnages truculents de Fernande
à la femme d’Hector.

Un regret, ne pas être comme Moustache
sur les copains d’abord


Vous ne connaissez rien de moi, ni de
ma vie

C’est sans doute préférable, c’est
mieux ainsi

Vos chansons ont sur moi, un goût de
paradis

C’est pour ces émotions que je vous
dit merci.


Suivreletoile,


Pessac, le 12 Août 2011

 




Voulez-vous commenter cet article ?

Votre email ne sera pas publié

Réalisation : www.redigeons.com - http://www.webmarketing-seo.fr/