François Tristan L’Hermite, Histoire et biographie de L’Hermite

(Mis à jour le: 22 juin 2016)
François Tristan L’Hermite, Histoire et biographie de L’Hermite
Evaluer cet article

François Tristan L’Hermite est un poète dramatique.  Il a emprunté son prénom à un de ses ancêtres.  Il est né en 1601 à Janaillat, une commune française située dans le département de la Creuse, au château de Soliers et il est mort le 7 septembre 1655 à Paris.

Il avait été l’auteur dramatique le plus célèbre et réussi de sa génération. En plus de poème, l’auteur a écrit de nombreuses pièces théâtrales. Il a rédigé sa première pièce en 1636, plus précisément en printemps. C’est une première expérience très réussite : son succès a surpassé celui de la pièce «  Médée » et de la pièce « Cid ». Elle a été mise en scène par le comédien Montdory et sa troupe du théâtre du Marais.

François Tristan L’Hermite

François Tristan L’Hermite était un poète très sensible qui s’inspirait essentiellement de sa vie personnelle (ses pensées, son entourage…etc.). À partir de ces écritures nous avons pu analyser, en partie, son caractère. D’après ses « Plaidoyers historiques » et ses « Lettres mêlées » nous remarquons qu’il était un polygraphe. Et d’après sa curieuse autobiographie du « Page disgracié », écrite en 1643, ce poète est une personne très aimable, amusante et instructive.

A l’époque de sa naissance, la famille de Tristan L’Hermite était quasiment ruinée. En 1604, il habitait chez Henri de Bourbon-Verneuil, le fils d’Henri IV et de la marquise de Verneuil. Ensuite, il est allé vivre avec Scévole de Sainte-Marthe, le trésorier de la France qui a réussi à cette époque-là à gagner le poste du secrétaire du marquis de Villars-Montpezat.

Vivre avec telles personnes et être descendant d’une nombreuse famille dont vingt-six membres étaient placés dans des grands postes de responsabilité, a fait hériter François Tristan L’Hermite le sang bouillant et la violence primesautière. Cet héritage lui a causé beaucoup du mal : il était une personne très agressive qui a commis successivement beaucoup de fautes dans la vie. Il a blessé un cuisinier avec une lame car dernier lui a joué une mauvaise farce. En plus, à Fontainebleau, le poète a blessé une autre personne mais cette fois c’était par erreur. En 1614, il était obligé de quitter le pays et d’aller vers l’Angleterre pour se cacher : il avait tué un adversaire en duel. Tous les détails de cette horrible expérience étaient racontés par l’auteur dans son roman« Le Page disgracié ».

En 1620, il a choisi de participer dans les compagnes de Louis XIII qui avaient pour objectifs mettre une fin aux mouvements de protestants dans le Sud-Ouest. En 1621, il a rejoint le service de Gaston d’Orléans, frère de Louis XIII, pour participer à la création de plusieurs ballets de cour, un genre de spectacle très ancien né à la fin du XVIème siècle.

Entourée par gens de niveau hiérarchique très haut tel que Gaston d’Orléans, il menait une vie de débauche et avait un goût très immodéré pour le vin. Malheureusement pour lui, une telle vie lui a laissé peu de santé et de la tuberculose. Mais malgré sa maladie et la vie instable qu’il avait, il avait réussi professionnellement à graver son nom dans l’histoire par ses belles écritures. Il avait écrit de beaux poèmes tels qu’Inquiétudes, Jalousie, L’absence de Phillis, L’ambition tancée, Le navire, Le désespoir…etc.




Voulez-vous commenter cet article ?

Votre email ne sera pas publié

Réalisation : www.redigeons.com - http://www.webmarketing-seo.fr/