Fanny

(Publié le 1 février 2007) (Mis à jour le: 8 mai 2014)

Le cygne mourant près des lacs du Nord Chante son impulsif chant de
mort, tendre et clair, Et tandis qu'éclate l'harmonie solennelle Par
monts et vallées elle se dissout dans l'air; Tout aussi musicale
parvint ta voix douce, Ainsi frémit sur tes lèvres mon nom.



Pareil à l'éclat du soleil à travers le nuage d'ébène Qui voile le ciel solennel de minuit, Perçant le noir linceul du soir glacé, Ainsi parvint le premier regard de cet oeil; Mais comme le roc diamantin Mon esprit accepta et soutint l'assaut.

Que vive dans la mémoire le garçon Qui déposa son coeur à ton sanctuaire, Quand au loin retentit son pas, Songe que pour lui tes charmes étaient divins; Lui, victime immolée sur l'autel de l'amour, Par des yeux dont les maléfices ne semblaient que dédain.




Voulez-vous commenter cet article ?

Votre email ne sera pas publié

Réalisation : www.redigeons.com - http://www.webmarketing-seo.fr/