Eugène Ionesco, histoire et biographie d’Ionesco

(Mis à jour le: 9 août 2017)

Eugène Ionesco est un homme de lettre à la fois écrivain et auteur dramatique. Il est né le 26 novembre 1909 à Slatina en Roumanie et est décédé à Paris le 28 mars 1994. De son vivant, il a passé son temps à voyager entre la France et la Roumanie.

Eugene Ionesco

Eugène Ionesco est un des représentants du théâtre de l’absurde avec Samuel Beckett.

Son enfance

Fils d’un juriste roumain et d’une française, Eugène Ionesco et sa famille émigre à Paris en 1913. Son père retourne toutefois en Roumanie en 1916 lorsque la guerre entre l’Autriche-Hongrie et l’Allemagne éclate. Il a ensuite coupé tous les liens avec sa famille se faisant passer pour mort à la guerre. Il obtient ensuite le divorce et se remarie. C’est donc sa mère qui l’éleva seule avec son frère et sa sœur. Face aux difficultés, sa mère le place dans un foyer d’enfants, mais le jeune Eugène ne s’y plaît pas. De 1917 à 1919, il est envoyé avec sa sœur dans une famille de paysans de la Chapelle-Anthenaise. Plus tard, Eugène Ionesco a avoué que cette période fut parmi l’une des plus heureuses qu’il a vécues.

En 1925, son père obtient leur garde et Eugène et sa sœur retournent donc à Bucarest où ils apprennent le roumain. Un an plus tard, il se dispute avec son père trop autoritaire qui aurait voulu qu’il devienne ingénieur et non un homme de lettres comme il le souhaitait. Dès lors, la relation père-fils n’a plus été que mépris et haine et d’ailleurs, Eugène Ionesco n’a jamais pardonné à son père son rejet et son manque d’amour à son égard.

Lorsque sa mère retourne en Roumanie, le jeune homme qu’il est devenu est retourné vivre avec elle et se fait embaucher à la banque d’état roumaine. En parallèle avec cet emploi, il étudie le français et commence à écrire des poèmes, des critiques littéraires et des romans en roumain. Une fois ses études achevées en 1934, il enseigne le français dans diverses écoles et se marie avec Rodica Burileanu en 1936. C’est durant ses études de français qu’il a rencontré sa future épouse, une étudiante en philosophie et droit issue d’une famille influente roumaine.

La guerre

En 1938, Eugène Ionesco obtient une bourse pour faire une thèse de doctorat à Paris. Il y emménage donc avec sa femme, trop heureux de quitter la Roumanie, mais lorsque la France fut vaincue lors de la guerre-éclair de mai-juin 1940, le couple revient dans leur pays natal où il est considéré comme un ressortissant roumain. Il a donc dû passer le conseil de révision, mais n’a pas été obligé de rentrer dans l’armée.

Lorsque la Roumanie s’allie avec l’Allemagne pour combattre l’Union Soviétique, le jeune homme utilise ses relations pour obtenir le poste d’attaché de presse à l’ambassade de la Roumanie sous le régime de Vichy. Cela lui a permis de rentrer en France en mai 1942 où le couple s’installe définitivement avec des débuts financiers assez difficiles.

Le succès

C’est grâce à sa première pièce La Cantatrice chauve (1947), qu’Ionesco réussit à attirer l’attention des critiques, de nombreux amateurs de littérature et du Collège de Pataphysique. Il obtient la nationalité française en 1950 et enchaîne les pièces de théâtre telles que La Leçon ou encore Jacques ou la soumission. Très vite, il devient un dramaturge important et multiplie les succès.

1953 fut néanmoins l’année de la reconnaissance auprès du grand public et c’est à partir de là qu’on l’a considéré comme un auteur accompli.

De là jusqu’en 1962, le succès fut toujours au rendez-vous. Parmi ses plus grands chefs d’œuvres, on peut citer Rhinocéros datant de 1960 et qui fut sa première pièce mise en scène en Roumanie.

Rhinocéros touche des sujets sensibles comme le patriotisme et le racisme, en cette période de la bataille d’Alger.

Eugene Ionesco

Consécration d’Eugène Ionesco

Les années 70 apporte les honneurs et récompenses. Reçu en 1970 à l‘Académie française, il se tourne alors vers la position d’auteur reconnu et établi.

Le succès à l’international ne se dément pas. Les pièces de théâtre d’Eugène Ionesco sont adaptées et jouées un peu partout.

Il refusa toute sa vie, le classement de son œuvre dans le théâtre de l’absurde et préfère remplacer le mot absurde par insolite.

Tous ses ouvrages mettent en avant la solitude l’homme et l’insignifiance de l’existence.




Voulez-vous commenter cet article ?

Votre email ne sera pas publié

Réalisation : www.redigeons.com - http://www.webmarketing-seo.fr/