Epuisée par ses heures

(Publié le 30 novembre 1999) (Mis à jour le: 8 mai 2014)

Épuisée par ses heures
D’hivernale présence
La nuit soudain s’élance
A corps perdu
Dans le lit que le jour
Vient de quitter
Plein d’ardeur nouvelle
Et de courage recouvré

 

Ils se croisent ainsi
Sans jamais s’arrêter
Sans jamais se parler
Depuis l’aube des temps
Mais parlent-ils le même langage

On les observe
Comme des ouvriers
Discrets
Scrupuleux
Dévoués
Toujours à la botte
De ces dieux immortels
Cruels
Intransigeants
Et peu miséricordieux

Jacques Herman
2011

 




Voulez-vous commenter cet article ?

Votre email ne sera pas publié

Réalisation : www.redigeons.com - http://www.webmarketing-seo.fr/