Épitaphe

(Mis à jour le: 27 juin 2016)
Quand je remettrai mon ardoise au néant
un de ces prochains jours,

il ne me ricanera pas à la gueule.
Mes chiffres ne sont pas faux,
ils font un zéro pur.
Viens mon fils, dira-t-il de ses dents froides,
dans le sein dont tu es digne.
Je m’étendrai dans sa douceur.

 

André Frénaud

Mai-septembre 1938
(Les rois mages)

Épitaphe Extraits Poésies André Frénaud

 Poésies André Frénaud - Extraits - Épitaphe -  Quand je remettrai mon ardoise au néant un de ces prochains jours,



Voulez-vous commenter cet article ?

Votre email ne sera pas publié

Réalisation : www.redigeons.com - http://www.webmarketing-seo.fr/