Égypte. – Port-Saïd. – En rade

(Mis à jour le: 23 décembre 2015)
Evaluer cet article

A Gabriel Fabre.

On regarde briller les feux de Port-Saïd,
Comme les Juifs regardaient la Terre Promise ;
Car on ne peut débarquer ; c’est interdit
– Paraît-il – par la Convention de Venise

A ceux du pavillon jaune de quarantaine.
On n’ira pas à terre calmer ses sens inquiets
Ni faire provision de photos obscènes
Et de cet excellent tabac de Latakieh…


Poète, on eût aimé, pendant la courte escale
Fouler une heure ou deux le sol des Pharaons,
Au lieu d’écouter miss Florence Marshall
Chanter ” The Belle of New York “, au salon.

Poèmes
Henry Jean-Marie Levet

Égypte. – Port-Saïd. – En rade Poèmes Poésie Henry Jean-Marie Levet

 Poésie Henry Jean-Marie Levet - Poèmes - Égypte. – Port-Saïd. – En rade -  A Gabriel Fabre. On regarde briller les feux de Port-Saïd,



Voulez-vous commenter cet article ?

Votre email ne sera pas publié

Réalisation : www.redigeons.com - http://www.webmarketing-seo.fr/