Dom Juan – ACTE IV, Scène première

(Publié le 16 avril 2011) (Mis à jour le: 12 janvier 2016)
ACTE IV, Scène première

DOM JUAN, SGANARELLE.

DOM JUAN: Quoi qu’il en soit, laissons cela: c’est une bagatelle, et nous pouvons avoir été trompés par un faux jour, ou surpris de quelque vapeur qui nous ait troublé la vue.

SGANARELLE: Eh ! Monsieur, ne cherchez point à démentir ce que nous avons vu des yeux que voilà. Il n’est rien de plus véritable que ce signe de tête; et je ne doute point que le Ciel, scandalisé de votre vie, n’ait produit ce miracle pour vous convaincre, et pour vous retirer de.

DOM JUAN: Écoute. Si tu m’importunes davantage de tes sottes moralités, si tu me dis encore le moindre mot là-dessus, je vais appeler quelqu’un, demander un nerf de bœuf, te faire tenir par trois ou quatre, et te rouer de mille coups. M’entends-tu bien ?

SGANARELLE: Fort bien, Monsieur, le mieux du monde. Vous vous expliquez clairement; c’est ce qu’il y a de bon en vous, que vous n’allez point chercher de détours: vous dites les choses avec une netteté admirable.

DOM JUAN: Allons, qu’on me fasse souper le plus tôt que l’on pourra. Une chaise, petit garçon.

ACTE IV, Scène première

Dom Juan ou le Festin de pierre écrit par Molière sous la protection de Louis XIV

La pièce de Théâtre Dom Juan ou le Festin de pierre par Molière




Voulez-vous commenter cet article ?

Votre email ne sera pas publié

Réalisation : www.redigeons.com - http://www.webmarketing-seo.fr/