Désir

(Mis à jour le: 19 mai 2014)

Le lac gelé frémit de laurore écarlate,

Une branche gémit et métreignit de sang,

Puis ma bouche retint le fil de miel épars

Ruisselant sur ta langue enfiévrée de mendiant.

 

Je voudrais tant que vive linfime espoir du souffle

Tendu sur notre corps en notes qui sétouffent,

Noyé dans nos regards de lune au teint blafard

Nous tressaillons en-corps sous le soleil sans fard.

 

Lécho perdu du Temps se tissait sur mes paumes,

La fracture du cri imprégnait ma souffrance,

Je souhaitais tant tétreindre en lumière dAutomne

Et occulter ainsi la Mort et sa béance !

 

Jirai vers toi Amour éteindre tes tourments,

Je cueillerai aussi les roses de Demain

Même flétries ou pâles, leurs parfums enivrant

Dépouilleront les ombres aux contours incertains.

 

Je taime tant Amour que mon bouton éclot

Quand de ta main dorée tu caresses ma peau

Et je membrase en-faim en vibrant staccato

Quand de tes lèvres ambrées tu endigues le flot.

 

Les crêtes ensoleillées qui couronnent mes seins

S érigent en Aurore en pourpre de carmin

Quand de ta langue douce tu déplisses en-faim

Les pétales rougis enfiévrés de matin.

 

Mon corps tendu vers toi souvre sous la rosée

Que ton écorce dure a voulu lui donner.

Je taime tant Amour que jaillit de ma source

Un nectar amoureux qui coule dans ta bouche.   

 

Valérie Catty 




Voulez-vous commenter cet article ?

Votre email ne sera pas publié

Réalisation : www.redigeons.com - http://www.webmarketing-seo.fr/