Des mots qui se refusent au papier

(Publié le 25 décembre 2006) (Mis à jour le: 8 mai 2014)

Du tronc fêlé d'un chêne noir

S'écoule une masse blanchâtre

Qui lui descend jusqu'au au pied

Et des fleurs rougeâtres

Minuscules 

Etoilées

Rayonnantes comme des soleils

Le couronnent à la base

Pour une moitié d'abord

Et puis pour l'autre

La terre jusqu'alors

Si lourde

Se met aussitôt à trembler

Et le ciel vire au bleu violacé

Melchior vient de s'asseoir

A même le sol

Il griffonne quelques mots

Qui se refusent au papier

Et qui s'envolent

A mesure qu'ils sont posés

Puis planent là-haut

Comme des oiseaux

Dans le ciel chaud de l'été

© Jacques Herman – 2006




Voulez-vous commenter cet article ?

Votre email ne sera pas publié

Réalisation : www.redigeons.com - http://www.webmarketing-seo.fr/