Découverte du fameux First Folio : un évènement rendu célèbre partout dans le monde

(Publié le 16 décembre 2014) (Mis à jour le: 15 avril 2016)

Dans le monde entier, la découverte du First Folio a fait un tabac. Cet évènement a été relayé aussi bien dans le New York Times qu’à travers La voix du nord. Zoom sur ce livre qui regroupe les œuvres de Shakespeare.

Qu’est-ce que le First Folio ?

Côté prestige, le first Folio est assimilable à la bible de Gutenberg. Il comporte 1623 œuvres de Shakepeares, compilées pour ne former qu’un ouvrage. Sept années après la mort du célèbre auteur, un groupe de personnes proches de l’auteur a procédé à l’impression de cette œuvre en quelques 1000 exemplaires afin que celle-ci soit pérenne. Selon Rémi Cordonier, un des auteurs de cette découverte et à la fois responsable du fonds ancien de la Bibliothèque à Saint-Omer, Shakespeare avait considéré à l’époque que c’était un scribouillard pour le public. C’est d’ailleurs pourquoi le papier sur lequel l’ouvrage a été imprimé est singulier et les erreurs d’impression ne sont pas rares. Rémy Cordonier précise que c’est aussi grâce à lui et ses collaborateurs que l’œuvre a pu être authentifiée.
Avec cette œuvre, il y a en tout 233 exemplaires qui figurent dans le répertoire mondial. En France, il n’y a qu’un seul exemplaire qui se trouve à la bibliothèque nationale. Parmi les 300 pages, il en manque environ 30. Ceci étant, pour Eric Rasmussen, universitaire américain et spécialiste mondial des First Folio, cela n’empêche pas que l’exemplaire soit « magnifique ».

Pourquoi cette découverte est revêtue d’une telle importance ?

Les fans du célèbre auteur sont bouleversés par cette découverte. Mais au final, il y a 232 autres First Folio. Cet exemplaire, qui pourrait permettre de connaître la religion de Shakespeare, serait la propriété d’un certain Nevill. Vers les années 1630, Edmond Nevill, un prêtre jésuite d’origine anglaise, avait été enseignant au collège des jésuites à Saint-Omer. C’est pourquoi il se pourrait que, si ce prêtre transmettait les œuvres de Shakespeare, le mystère autour de la question « Shakespeare était-il catholique » pourrait être dévoilé.

Quel avenir pour cet ouvrage ?

Selon Rémy Cordonier, ce livre est un bien inaliénable, ce qui fait que Saint-Omer ne peut pas le vendre pour en tirer profit. Ce livre est désormais dans un coffre-fort, près d’une vingtaine d’autres ouvrages. En été 2015, il sera ressorti à l’occasion de l’exposition à la bibliothèque. Par la suite, il sera rangé bien en sécurité pour trois longues années afin que son état soit préservé. Pour ne pas entraver les recherches des scientifiques ou historiens, le livre va être numérisé et l’accès à ces pages sera entièrement gratuit.
Une richesse de plus dans une bibliothèque qui compte déjà de nombreux ouvrages uniques
La découverte de cette œuvre n’arrive pas par hasard : la bible de Gutenberg et le First Folio sont les deux livres les plus précieux du monde. Seule la bibliothèque de Saint-Omer a un exemplaire de chacun de ces deux ouvrages. Cette richesse est due au fait que la cité maraîchère a un prestigieux passé derrière elle. Au cours du moyen-âge, la ville de Saint-Omer était l’une des plus grandes villes européennes et abritait la quatrième bibliothèque de la chrétienté d’Occident. En 1593, les jésuites




Voulez-vous commenter cet article ?

Votre email ne sera pas publié

Réalisation : www.redigeons.com - http://www.webmarketing-seo.fr/