conte l’herbe folle et le lierre

(Publié le 22 mai 2009) (Mis à jour le: 24 février 2016)
amour Une herbe folle grimpait les murs fissurés
D’une demeure sise rue des éperviers
Cette herbe folle s’essoufflait sur les espaliers
Un lierre sage, grave observait l’écervelée


Où courez vous ma mie le soleil s’agace
Et ses rayons se fanent dans l’obscurité
L’herbe sans s’arrêter lui répondit vite
Je vais sur le toit contempler le ciel d’été
Vous y verrez des ombres la nuit infiltrer
Répondit le lierre
L’herbe folle pria le lierre de l’accompagner
Intrigué, le lierre à son tour grimpa et vit…
Sa compagne scrutant le vide inédit
Apparurent  de minuscules étoiles fardées
Le lierre en fut outré et les toisa d’emblée
Vint la lune, Diane pourchassant  les vilénies
Une harpe pinça ses cordes intemporelles
Nos deux larrons grimpèrent chaque soir
Et se perdaient à regarder l’abysse noir

 

Raymonde Verney

 

                 

 

conte l’herbe folle et le lierre poésie raymonde verney Poésies contemporaines

 Poésies contemporaines - poésie raymonde verney - conte l’herbe folle et le lierre -  Une herbe folle grimpait les murs fissurés D’une demeure sise rue des éperviers



Voulez-vous commenter cet article ?

Votre email ne sera pas publié

Réalisation : www.redigeons.com - http://www.webmarketing-seo.fr/