Comme tous les petits mâles

(Publié le 16 octobre 2011) (Mis à jour le: 11 novembre 2016)

Comme tous les petits mâles depuis le début de l’Humanité, les jeunes Arabes ont peur des femmes. Peur de ces machines à castrer, peur de ne pas être à la hauteur de leur appétit qu’ils espèrent et craignent insatiable. Autour de la Méditerranée, on règle depuis toujours cette peur de la féminité en exprimant une virilité exacerbée, surjouée, et en dissimulant les attraits de la sensualité féminine, cheveux et chevilles, poitrines et hanches, sous des vêtements amples, informes. Nos Arabes réagissent ainsi. Les plus religieux obligent leurs sœurs à se voiler les autres exigent des filles qu’elles portent les mêmes vêtements qu’eux, survêtements, tennis. Ainsi, grimées en garçons, elles leur font moins peur. Si elles persistent à se vouloir féminines, à vouloir leur faire peur, à mettre au défi leur virilité incertaine et fragile, alors, pour pouvoir les désirer, pour être sûr de bander, ils appliquent l’autre méthode masculine, le plan B des hommes depuis l’ Homo sapiens, l’irrespect militant, d’autant plus furieux, violent même, qu’il est inquiet. Seules la “ salope“, la “ pute ” peuvent réveiller le désir fragile du mâle.

Le premier sexe. Éric Zemmour. Une citation sur la peur





Voulez-vous commenter cet article ?

Votre email ne sera pas publié

Réalisation : www.redigeons.com - http://www.webmarketing-seo.fr/