Chevauchée de la mort

(Mis à jour le: 28 décembre 2015)
Evaluer cet article

La mort chevauche dans la nuit, à travers la plaine.
Le vent de la nuit à travers la plaine halène ;
Le vent halène dans les ajoncs et sur les prêles.
La mort monte un hongre pie et borgne aux jambes grêles.
Et les trépassés sont pendus par la chevelure,
Sont pendus par les pieds, à la queue, à l’ encolure,

L’encolure du hongre borgne qui caracole.
La mort chevauche à travers la nuit, comme une folle.
Les vieillards disent : bonne mort, cesse un peu ta course
Nous boirons, dans le creux de nos mains, à cette source.
Et nous-disent les beaux garçons et les belles filles
Pour faire des bouquets nous cueillerons des jonquilles.

 

Les cantilènes Livre 4

Jean Moréas

Chevauchée de la mort Les cantilènes Livre 4 Poésie Jean Moréas

 Poésie Jean Moréas - Les cantilènes Livre 4 - Chevauchée de la mort -  La mort chevauche dans la nuit, à travers la plaine. Le vent de la nuit à travers la plaine halène ;



Voulez-vous commenter cet article ?

Votre email ne sera pas publié

Réalisation : www.redigeons.com - http://www.webmarketing-seo.fr/