CHANT IX Le Cap Éternité

(Mis à jour le: 13 janvier 2016)
Evaluer cet article

Fronton vertigineux dont un monde est le temple,
C’est à l’éternité que ce cap fait songer :
Laisse en face de lui l’heure se prolonger
Silencieusement, ô mon âme, et contemple !

Défiant le calcul, au sein du fleuve obscur
Il plonge ; le miroir est digne de l’image.
Et quand le vent s’endort au large, le nuage
Couronne son front libre au pays de l’azur.
Le plomb du nautonier à sa base s’égare,


Et d’en bas, bien souvent, notre regard se perd
En cherchant son sommet familier de l’éclair
C’est pourquoi le passant étonné le compare
À la mystérieuse et noire Éternité.
Témoin pétrifié des premiers jours du monde,
Il était sous le ciel avant l’humanité,
Car plus mystérieux que dans la nuit de l’onde
Où sa base s’enfonce, il plonge dans le temps ;
Et le savant pensif qui marque nos instants,
N’a pu compter son âge à l’aune des années.

Il a vu s’accomplir de sombres destinées.
Rien n’a modifié son redoutable aspect.
Il a vu tout changer, pendant qu’il échappait
À la terrestre loi des choses périssables,
Il a vu tout changer, tout naître et tout mourir,
Et tout renaître encore, et vivre, et se flétrir :
Les grands pins et le lierre à ses flancs formidables,
Et, dans le tourbillon des siècles emportés,
Les générations, leurs sanglots et leurs rires,
Les faibles et les forts, les bourgs et les cités,
Les royaumes obscurs et les puissants empires !

Des reptiles ailés parcouraient ses versants
Longtemps avant que l’homme eût paru sur la terre ;
Longtemps avant sa voix, leurs cris retentissants
Troublaient le vierge écho des bois pleins de mystère.
Enfin, dans la forêt où régnait l’animal,
Il a vu dominer l’être à l’âme immortelle,
Celui que ses instincts entraînent vers le mal,
Et qui conserve en lui la divine étincelle.
Sur le globe, bientôt, cette race nouvelle
Domina tout, devint innombrable et grandit ;
Mais ses iniquités grandirent avec elle,
Et Dieu qu’elle affligea dans son cœur, la maudit.
Alors les océans de l’abîme jaillirent ;
Les écluses du ciel toutes grandes s’ouvrirent,
Et la pluie en torrents effroyables tomba.
Pendant quarante jours, l’onde diluvienne
Tomba, submergeant tout, montagne comme plaine ;
Et tout être qui vit sur terre, succomba.
Le Cap fut submergé : sa cime souveraine,
Sa cime habituée aux rayons fulgurants,
Vit tout un monde mort passer dans la pénombre :
Mammouth géant qui lutte et trouble au loin l’eau sombre,
Hommes qu’entre deux eaux emportent les courants,
Aigles dont l’aile lasse en sombrant bat encore…
La cime d’où montaient des chansons dans l’aurore,
La cime humiliée a vu, sous ses grands pins,
Se fermer la mâchoire affreuse des requins.
Mais les eaux du déluge enfin se retirèrent.
Les fleuves peu à peu reprirent leur niveau ;
Aux âges envolés les âges succédèrent,
Et les graves humains parurent de nouveau.
Longtemps il les a vus, dans l’écorce légère
Sillonner an loin l’onde en plongeant l’aviron :
Puis vinrent les héros dont notre race est fière :
Le chevalier sans peur et le missionnaire,
En passant dans son ombre ont découvert leur front ;
Puis survint le radeau du rude bûcheron
Devant qui s’inclinait la forêt séculaire :
Et naguères enfin parurent les voiliers
Qui flottaient sur la vague, emportés par les brises
Comme des oiseaux noirs aux grandes ailes grises.

Et tout est disparu ! navires, chevaliers,
Et bûcherons joyeux, et martyrs, et sauvages,
Mammouths géants, poissons ailés, hommes pervers
Dont les iniquités perdirent l’univers.
Ont passé tour à tour, emportés par les âges,
Comme passent les flots l’heure du reflux !
Et le terrain de pierre a vu toutes ces choses,
Et bien d’autres encor qui ne reviendront plus ;
Et rien n’a transformé ses lignes grandioses :
Depuis les premiers jours, fixe dans son granit,
L’immuable géant dressé sur l’Infini,
Sous le même soleil est demeuré le même !
À peine si, de siècle en siècle, la forêt
Qui remplace à son front celle qui disparaît,
Donne au vieil empereur un nouveau diadème.
Lorsque d’un roi puissant la Mort sonne l’appel,
Sa couronne anoblit le roi qui le remplace ;
Mais quand la mort se heurte au granit éternel,
Le monarque demeure et la couronne passe !

S’il tressaille parfois, de mille ans en mille ans,
Quand un fragment de roc s’éboule sur ses flancs,
Avec un grand fracas que l’écho répercute
Aux lointains horizons, c’est pour marquer la chute
D’un royaume fameux parmi les nations,
Ou pour sonner le glas des générations.
Et lorsque le fragment détaché de la cime
Frôle le flanc sonore et tombe dans l’abîme
Qui l’englobe en grondant et se ferme sur lui,
L’eau noire et frissonnante emporte dans sa nuit
Cette vibration jusqu’à la mer lointaine :
Le Cap Éternité fait dire à l’Océan
Qu’un empire effacé de la mémoire humaine
A rendu sa grandeur éphémère au néant.
Des siècles ont passé sans affliger sa gloire !
Il nargue le Vieillard ailé qui fauche tout ;
À son pied souverain, dans l’onde affreuse et noire,
Des siècles sombreront : il restera debout !

Combien de soirs sont morts, combien d’aubes sont nées
Sur son front dédaigneux des terrestres années ?
Combien de fois encor l’Océan va blêmir,
Combien de soirs silencieux vont s’endormir
Sur ce front dont l’orgueil dominera les âges
De plus haut qu’il ne règne au milieu des nuages ?
Quand sur le sol Laurentien seront passés
Des jours dont le calcul nous entraîne au vertige ;
Sur les sables mouvants quand seront effacés
Notre éphémère empreinte et nos derniers vestiges ;
Quand nous aurons été par d’autres remplacés,
Et, quand à leur déclin, le vent des cimetières
Aura sur d’autres morts roulé d’autres poussières ;
Plus loin dans l’avenir, peuples ensevelis,
Quand le linceul du temps vous aura dans ses plis ;

Après votre néant, quand d’autres millénaires
Sur d’autres vanités tendront d’autres oublis,
Le Cap sera debout sur les eaux solitaires,
Debout sur les débris des nations altières ;
Le Cap Éternité dressé sur l’Infini
Sera debout dans son armure de granit.
Oh ! combien de destins, dans les nuits infernales,
Auront subi l’assaut des tourmentes fatales !…

Que verra-t-il, dans l’avenir mystérieux ?
Quels déclins ! mais aussi quels essors merveilleux
D’audace et de calcul, quel art, quelle magie,
Quelles éclosions de patient génie,
Et quels profonds secrets conquis sur l’inconnu !

Verra-t-il au ciel bleu l’homme enfin parvenu,
Planer en sûreté sur ses ailes rigides
Ou frôler l’eau qui dort sans y laisser de rides ?…
Que verra-t-il dans l’avenir ? quels monuments
D’orgueil et de laideur, et quels effondrements ?…

La prospère beauté des campagnes fertiles
Au loin remplacera la beauté des forêts.
Après des ans, des ans, les antiques guérets
Feront place aux pavés assourdissants des villes :
Où vibraient des chansons, sourdront des clameurs viles ;
Où bruissaient les pins, sonneront les louis d’or.
Au grand mot de « progrès » qui servira d’excuser,
Les peuples se fieront à des hommes de ruse
Qui viendront établir, par leur œuvre de mort,
Le règne de la force et du mercantilisme ;
Et ce sera l’oubli des siècles d’héroïsme.
Mais l’humaine pensée, à l’antique Idéal
Offrira le retour d’un âge moins pratique.
Mourant d’avoir cherché le bien-être physique,
Les hommes chercheront le bien-être moral.
Les brutales laideurs du fer et de la suie
Se perdront aux lointains de leur époque enfuie,
Et les canons affreux pour longtemps se tairont,
Car, las de se tuer, les peuples s’aimeront.
Puis, les déclins retourneront aux origines,
Et la forêt reverdira sur les ruines.
Le sort confondra tout dans ses antiques lois,
Et tout sera joyeux comme aux jours d’autrefois…
Et pendant tout ce temps, majestueux emblème,
Le Cap Éternité demeurera le même !
Malgré, sa majesté, l’homme le détruirait.
Cet atome rampant peut saper cette pierre
Imposante et sublime, et réduire en poussière
Le géant, pour un sou de plus à l’intérêt.
Mais nul n’a trouvé d’or à l’ombre de ta gloire :
Les morsures des vers rongeurs t’épargneront ;
Ô Rocher ! ta noblesse évite leur affront.
L’affamé cherche ailleurs un gain aléatoire.

Sphinx des passés perdus, il pose à l’avenir
Le problème infini du temps et de l’espace.
Il contemple an zénith l’Éternel face à face,
Et son terrible nom lui peut seul convenir.

Dans le déclin des jours, il projette son ombre
Qui tourne en s’allongeant au loin sur le flot sombre ;
Depuis midi jusqu’aux ultimes feux du soir,
Sur l’onde fugitive il marque l’heure en noir
Et compte la naissance et la mort des années,
Pour quel monde inquiet, quelles races damnées,
Pour quels hôtes grinçants, pour quels spectres maudits,
Pour quels vieux prisonniers de l’infernal abîme,
Cette horloge implacable, éternelle et sublime,
Marque-t-elle l’essor des âges infinis !

Celui qui le premier l’a nommé sur la terre,
Avait de l’être humain mesuré le cercueil,
Et, plus haut que l’essor de notre immense orgueil,
Habitué son rêve à la pleine lumière !
Est-ce toi, vieux Champlain ?… Non ! la postérité
Demande vainement à l’histoire incomplète,
Quel apôtre, quel preux, quel sublime poète
Devant tant de grandeur a dit : Éternité !
………………………………………………….
………………………………………………….

Pourtant, il passera ! Les mois, les millénaires,
Les secondes, les ans, les siècles et les jours,
Devant l’éternité coulent d’un même cours.
L’atome misérable et les célestes sphères,
Tout passe, croule, meurt… et le monde et le ciel
Ne sont que vanité devant l’Être Éternel,
Car le monde et le ciel passeront avec l’heure,
Devant le Seigneur Dieu dont le verbe demeure.

Le Cap Eternité
Charles Gill




Voulez-vous commenter cet article ?

Votre email ne sera pas publié

Réalisation : www.redigeons.com - http://www.webmarketing-seo.fr/