Chanson

(Mis à jour le: 7 janvier 2016)
Un doux trait de vos yeux, ô ma fiere deesse !
Beaux yeux, mon seul confort,
Peut me remettre en vie et m’oster la tristesse
Qui me tient à la mort.
Tournez ces clairs soleils, et par leur vive flame
Retardez mon trespas :

Un regard me suffit : le voulez-vous, madame ?
Non, vous ne voulez pas.
Un mot de vostre bouche à mon dam trop aimable,
Mais qu’il soit sans courroux,


Peut changer le destin d’un amant miserable,
Qui n’adore que vous.
Il ne faut qu’un ouy, meslé d’un doux sou-rire
Plein d’amours et d’appas :
Mon Dieu ! que de longueurs, le voulez-vous point dire ?
Non, vous ne voulez pas.
Roche sourde à mes cris, de glaçons toute plaine,
Ame sans amitié,
Quand j’estoy moins brûlant, tu m’estois plus humaine
Et plus prompte à pitié.
Cessons donc de l’aimer, et, pour nous en distraire,
Tournons ailleurs nos pas.
Mais peut-il estre vray que je le veuille faire ?
Non, je ne le veux pas.

 

Les amours de Diane

Philippe Desportes

Chanson Les amours de Diane Poésie Philippe Desportes

 Poésie Philippe Desportes - Les amours de Diane - Chanson -  Un doux trait de vos yeux, ô ma fiere deesse ! Beaux yeux, mon seul confort,



Voulez-vous commenter cet article ?

Votre email ne sera pas publié

Réalisation : www.redigeons.com - http://www.webmarketing-seo.fr/