Champêtres et lointains quartiers, je vous préfère

(Publié le 26 septembre 2006) (Mis à jour le: 5 juin 2014)

Champêtres et lointains quartiers, je vous préfère

Sans doute par les nuits d’été, quand l’atmosphère
S’emplit de l’odeur forte et tiède des jardins ;
Mais j’aime aussi vos bals en plein vent d’où, soudains,



S’échappent les éclats de rire à pleine bouche,
Les polkas, le hochet des cruchons qu’on débouche,
Les gros verres trinquant sur les tables de bois,
Et, parmi le chaos des rires et des voix
Et du vent fugitif dans les ramures noires,
Le grincement rythmé des lourdes balançoires.




Voulez-vous commenter cet article ?

Votre email ne sera pas publié

Réalisation : www.redigeons.com - http://www.webmarketing-seo.fr/