C’était l’été

(Mis à jour le: 16 décembre 2015)
Evaluer cet article

C’était l’été
L'été était arrivé. Alors Adam sourit à Ève et
lui arracha sa peau de bête.
La dépouillant, l'écorchant,
il la découvrit nue et fut agréablement surpris,
comme s'il ne l'avait jamais vue ainsi.
Et Ève lui dit :
" Je suis belle comme je suis,
je le sens, le ressens, je le sais
et pourtant je ne l'ai pas appris. "
Et Adam comprit


qu'elle n'avait pas la mort dans l'âme
mais la vie dans le corps et le corps dans la vie.
Et ils furent éblouis par le plaisir
et le sang fut lavé par l'amour.
La Beauté n'était pas imaginaire,
c'est pourquoi de nos jours
elle se promène encore sur la terre.
Premier test des amants

Recueil Fatras
Jacques Prévert

C’était l’été Fatras Poésie Jacques Prevert

 Poésie Jacques Prevert - Fatras - C’était l’été -  C’était l’été L'été était arrivé. Alors Adam sourit à Ève et



Voulez-vous commenter cet article ?

Votre email ne sera pas publié

Réalisation : www.redigeons.com - http://www.webmarketing-seo.fr/