Ce matin là,

(Publié le 23 août 2006) (Mis à jour le: 8 mai 2014)

Tu es allongé sur le lit,
Tu ne te réveilles pas,
Je te regarde tendrement,
J’ai tant d’amour pour toi,

 

Je n’ose pas te toucher,
Je te déshabille du regard,
Tu es bien là , près de moi,
Je mesure la chance que j’ai de t’avoir près de moi,

Je te sens si fragile quand tu dors,
Je remonte doucement le drap sur toi,
Peur que tu aies froid,
Sous les draps mes mains s’égarent,

Mais je ne te réveille pas,
Ce sont des caresses innocentes
Ce matin je voudrais simplement te regarder,

juste te regarder dormir.




Voulez-vous commenter cet article ?

Votre email ne sera pas publié

Réalisation : www.redigeons.com - http://www.webmarketing-seo.fr/