Poète Louis Bouilhet

Les Fossiles

Comme les airs sont doux ! comme le ciel rayonne ! Tout tressaille à la fois ! tout fleurit ! tout bourgeonne ! Et des halliers épais s'échappe, par moments, Un long flot de parfums et de bourdonnements ! Dans les rameaux touffus sonnent des voix nouvelles ; Sur les immenses nids battent les grandes…

Les Fossiles

Entre deux rangs penchés de collines désertes, Un golfe poissonneux ride ses ondes vertes ; C'est un large marais, qui dort, sous le ciel clair, Reste des grandes eaux, oublié par la mer. Des madrépores blancs, garnis de coquillages, D'une frange nacrée entourent les rivages, Et l'éponge poreuse, attachée aux îlots,  

Les Fossiles

Un air humide et lourd enveloppe le monde ; Aux bords de l'horizon, comme des caps dans l'onde, Les nuages rayés s'allongent lentement, Et le soleil, immense au fond du firmament, Heurtant au brouillard gris sa lueur inégale, Sur le globe muet penche son disque pâle.  

Dernières chansons

  La fleur Ing-wha, petite et pourtant des plus belles, N'ouvre qu'à Ching-tu-fu son calice odorant ; Et l'oiseau Tung-whang-fung est tout juste assez grand Pour couvrir cette fleur en tendant ses deux ailes.

Réalisation : www.redigeons.com - http://www.webmarketing-seo.fr/