Poète Louis Bouilhet

textes

Evaluer cet article À Gustave Flaubert   Le Nil est large et plat comme un miroir d'acier Les crocodiles gris plongent au bord des îles, Et, dans le bleu du ciel, parfois un grand palmier, Etale en parasol ses feuilles immobiles.  

textes

Evaluer cet article   Lève-toi ! lève-toi ! le printemps vient de naître ! Là-bas, sur les vallons, flotte un réseau vermeil ! Tout frissonne au jardin, tout chante et ta fenêtre, Comme un regard joyeux, est pleine de soleil !  

Melaenis

Evaluer cet article   O frère de l'amour, hyménée ! Hyménée ! Dieu couronné de fleurs, jeune homme aux blonds cheveux, Toi dont la main secoue un flambeau résineux ! Toi qui conduis l'amant à la vierge étonnée, Quand aux sons du crotale et de la flûte aimée, L'étoile de Vénus palpite dans les cieux…

Melaenis

Evaluer cet article   Commodus, à tout prendre, était, sur ma parole, Un charmant empereur, n'en déplaise à Dion. Moi, je l'aurais aimé jusqu'à la passion. Jamais, comme Tibère, il ne joua son rôle ; Il était franc d'allure, et portait à l'épaule, Non la peau d'un renard, mais celle d'un lion !  

Melaenis

Evaluer cet article   J'ai bâti quelquefois ce projet fantastique De sortir un matin, dès le soleil levant, Afin de voir du jour le réveil magnifique, Les pieds dans la rosée et les cheveux au vent, Debout sur le sommet du Janicule antique, La campagne derrière, et le Tibre devant.  

Melaenis

Evaluer cet article   Aux jardins de César, non loin du Tibre jaune, Parfois un chêne antique aux beaux feuillages verts Se dresse ; chaque branche, escaladant les airs, De degrés en degrés autour de lui frissonne, Et sur son front superbe, ainsi qu'une couronne, Tremblent les astres d'or et glissent les éclairs.  

Melaenis

Evaluer cet article   De tous ceux qui jamais ont promené dans Rome, Du quartier de Suburre au mont Capitolin, Le cothurne à la grecque et la toge de lin, Le plus beau fut Paulus ; c'est ainsi que se nomme Le héros de ces vers, et je vous dirai comme Il fut d'un sénateur…

Les Fossiles

Evaluer cet article O mondes disparus ! ô siècles ! ô ruines !… Comme le voyageur au versant des collines S'arrête, et voit sous lui s'allonger à la fois Les vallons frémissants, les fleuves et les bois… Science universelle ! immuable pensée, A vos plus fiers sommets mon âme s'est bercée ! Et, cherchant du…

Les Fossiles

Evaluer cet article La nuit, comme une mer, s'étale dans les cieux, Seul, le faîte indécis des bois silencieux Se découpe, plus noir, sur l'immensité sombre, Et la forme et le bruit vont s'effaçant dans l'ombre… Parfois, épanouie à l'horizon lointain, Une étoile s'entr'ouvre et se ferme soudain,  

Réalisation : www.redigeons.com - http://www.webmarketing-seo.fr/