Poésies André Frénaud

André Frénaud, 1907-1993, est l’auteur d’une oeuvre poétique au souffle
puissant, l’une des plus importantes de la seconde moitié du XXe siècle
français.

Recueils de poèmes

Collection André Frénaud
0
Evaluer cet article

André Frénaud est l’un  des poètes Français les plus célèbres de la seconde moitié du 20ème siècle. Il est né le 26 juillet 1907 à Montceau-les-Mines, en France et est décédé, à 85 ans, le 21 juin 1993 à Paris.

Son parcours professionnel

C’est à Dijon qu’André Frénaud a fait ses études secondaires avant d’aller à Paris pour étudier la philosophie et le droit. En 1930, il devient lecteur de français à l’université de Lwow, en Pologne. Il enchaîne ensuite les voyages en partant pour la Russie, pour l’Espagne et pour l’Italie.

En 1937, il intègre une administration publique, mais au bout de deux ans, il est mobilisé et fut emprisonné. Pendant deux ans, il vit en captivité dans le Brandebourg jusqu’à la proclamation de sa libération. Il est alors renvoyé en France grâce à de faux papiers.

Lire la suite...

Extraits / Poésies André Frénaud

Evaluer cet article

Il y a de quoi boire et de gros biftecks dans ma maison.
De quoi rire et de quoi s’aimer et de quoi pas.
De quoi passer sa rage et apaiser son temps.
De quoi faire attention et de n’y prendre garde.
Des fenêtres pour obstruer, des portes qui ferment clair.
Des arbres sans horizon et des beaux. Des bêtes à toutes voix.

Lire la suite...

Extraits / Poésies André Frénaud

Evaluer cet article

Je l’ai proférée en pierres sèches, ma maison,
pour que les petits chats y naissent dans ma maison,
pour que les souris s’y plaisent dans ma maison.
Pour que les pigeons s’y glissent, pour que la mi-heure y mitonne,

quand de gros soleils y clignent dans les réduits.
Pour que les enfants y jouent avec personne,
c’est-à-dire avec le vent chaud, les marronniers.
Lire la suite...

Extraits / Poésies André Frénaud

Evaluer cet article

Pourquoi grogne la truie ? Elle ne sème pas l’esprit, la truie, parce qu’elle grogne.
Pourquoi meugle la vache ? Elle n’adoucit pas la terre, la débonnaire, parce qu’elle la lèche.
Pourquoi bêle-t-elle, la bique ? Serait-ce bien ainsi façon de prier Dieu ?
Pourquoi met-elle bas, la brebis, si aucun agneau, jamais, ne nous rachètera.
Pourquoi les chevaux courent, longue crinière… Qu’ont-ils à faire ?

Le souffle inaltérablement vrillé par les grillons, s’échappera-t-il, se lèvera-t-il ?

 

André Frénaud

Extraits / Poésies André Frénaud

Evaluer cet article

C’est le jour de fête de la Liberté
Nous avions oublié la vieille mère
Dont les anciens ont planté les arbres.

Il est des morts vaincus qu’il faut précipiter
Encore un coup du haut des tours en pierre.
Il est des assauts qu’il faut toujours reprendre.
Il est des chants qu’il faut chanter en chœur,
Des feuillages à brandir et des drapeaux
Pour ne pas perdre le droit des arbres
De frémir au vent.
Lire la suite...

Extraits / Poésies André Frénaud

Evaluer cet article

Grand corps étendu incertain,
de loin je te vois
par-delà les corbeaux et la cendre.

La grande plaine oblongue
et les profonds herbages,
les hauteurs de tes hanches
où perle un gentil ruissellement de l’eau,
montagne aimée des abeilles et du vent
de mon souffle mort, recomposé autour de toi
pour pénétrer par la bouche entrouverte.
Lire la suite...

Extraits / Poésies André Frénaud

Evaluer cet article

Quand je remettrai mon ardoise au néant
un de ces prochains jours,

il ne me ricanera pas à la gueule.
Mes chiffres ne sont pas faux,
ils font un zéro pur.
Viens mon fils, dira-t-il de ses dents froides,
dans le sein dont tu es digne.
Je m’étendrai dans sa douceur.

 

André Frénaud

Mai-septembre 1938
(Les rois mages)

Réalisation : www.redigeons.com - http://www.webmarketing-seo.fr/