Poésies André Chénier

André Chénier

André Chénier de son vrai nom André Marie de Chénier est né le 30 octobre 1762 à Constantinople et est mort guillotiné le 25 juillet 1794 à Paris.

 

André Chénier était un poète français. Il était le fils de Louis de Chénier. découvrez les citations d’André Chénier

André Chénier accusé de corruption fut victime de la terreur. Il laisse une œuvre magnifique.Les poésies et poèmes d’André Chénier

 

 

Recueils de poèmes

Andre Chenier
1

André Chénier

André Chénier de son nom complet André Marie de Chénier est un journaliste et poète français. Il est né le 30 octobre 1762 à Constantinople et est décédé le 25 juillet 1794 à Paris. Il a été guillotiné.

Son œuvre n’a jamais été achevé. La publication posthume a commencé en 1819. Il est considéré aujourd’hui comme étant l’un des écrivains de l’hellénisme les plus remarquables.

André Chénier

André Chénier

Lire la suite...

Poésies André Chénier / Vers inédits

……Si j’avais vécu dans ce temps de l’antique Rome….
Des belles voluptés la voix enchanteresse
N’aurait point entraîné mon oisive jeunesse.
Je n’aurais point en vers de délices trempés,
Et de l’art des plaisirs mollement occupés,
Plein des douces fureurs d’un délire profane,
Livré nue aux regards ma muse courtisane.
J’aurais, jeune Romain, au sénat, aux combats,
Lire la suite...

Poésies André Chénier / Vers inédits

Fille de Pandion, ô jeune Athénienne,
La cigale est ta proie, hirondelle inhumaine,
Et nourrit tes petits qui, débiles encor,
Nus, tremblans, dans les airs n’osent prendre l’essor.
Tu voles; comme toi la cigale a des ailes.

Tu chantes ; elle chante. A vos chansons fidèles
Le moissonneur s’égaie; et l’automne orageux
En des climats lointains vous chasse toutes deux.
Oses-tu donc porter dans ta cruelle joie
A ton nid, sans pitié, cette innocente proie?
Et faut-il voir périr un chanteur sans appui
Sous la morsure, hélas! d’un chanteur comme lui?

 

Un poème d’André Chénier

Poésies André Chénier / Vers inédits

La nymphe l’aperçoit et l’arrête et soupire.
Vers un banc de gazon, tremblante elle l’attire;
Elle s’assied. Il vient timide avec candeur,
Ému d’un peu d’orgueil, de joie et de pudeur.
Les deux mains de la nymphe errent à l’aventure.
L’une, de son front blanc, va de sa chevelure
Former les blonds anneaux. L’autre de son menton
Caresse lentement le mol et doux coton.
Approche, bel enfant, approche, lui dit-elle,
Lire la suite...

Poésies André Chénier / Vers inédits

Que les deux beaux oiseaux, les colombes fidèles,
Se baisent. Pour s’aimer les dieux les firent belles.
Sous leur tête mobile, un cou blanc, délicat,
Se plie, et de la neige effacerait l’éclat.
Leur voix est pure et tendre, et leur ame innocente,
Leurs yeux doux et sereins, leur bouche caressante.
L’une a dit à sa sœur : – Ma sœur……
L’autour et l’oiseleur, ennemis de nos jours,
De ce réduit, peut-être, ignorent les détours.
Viens……
L’autre a dit à sa soeur : – Ma sœur, une fontaine
Lire la suite...

Poésies André Chénier / Vers inédits

…Comme aux bords d’Eurotas
Lorsqu’une épouse est près du terme de Lucine,
On suspend devant elle, en un riche tableau,
Ce que l’art de Zeuxis anima de plus beau;
Apollon et Bacchus, Hyacinthe, Nérée,

Avec les deux Gémeaux leur soeur tant désirée.
L’épouse les contemple; elle nourrit ses yeux
De ces objets, honneur de la terre et des cieux;
Et de son flanc, rempli de ces formes nouvelles,
Sort un fruit noble et beau comme ces beaux modèles

 

D’André Chénier

Poésies André Chénier / Vers inédits

Tout homme a ses douleurs. Mais aux yeux de ses frères
Chacun d’un front serein déguise ses misères.
Chacun ne plaint que soi. Chacun dans son ennui
Envie un autre humain qui se plaint comme lui.

Nul, des autres mortels, ne mesure les peines
Qu’ils savent tous cacher comme il cache les siennes
Et chacun, l’oeil en pleurs, en son coeur douloureux
Se dit : – Excepté moi, tout le monde est heureux.
Lire la suite...

Poésies André Chénier / Vers inédits

Triste vieillard, depuis que pour tes cheveux blancs
Il n’est plus de soutien de tes jours chancelans,
Que ton fils orphelin n’est plus à son vieux père
Renfermé sous ton toit et fuyant la lumière.
Un sombre ennui t’opprime et dévore ton sein.
Sur ton siège de hêtre, ouvrage de ma main,
Sourd à tes serviteurs, à tes amis eux-même,
Le front baissé, l’oeil sec, et le visage blême,
Tout le jour en silence à ton foyer assis,
Lire la suite...

Poésies André Chénier / Vers inédits

Blanche et douce colombe, aimable prisonnière,
Quel injuste ennemi te cache a la lumière?
Je t’ai vue aujourd’hui (que le ciel était beau!)
Te promener long-temps sur le bord du ruisseau ;
Au hasard, en tous lieux, languissante, muette,
Tournant tes doux regards et tes pas et ta tête.
Caché dans le feuillage, et n’osant l’agiter,
D’un rameau sur un autre à peine osant sauter,
J’avais peur que le vent décelât mon asile.
Tout seul je gémissais, sur moi-même immobile,
Lire la suite...

Poèmes divers / Poésies André Chénier

Je dirai l’innocence en butte à l’imposture,
Et le pouvoir inique, et la vieillesse impure,
L’enfance auguste et sage, et Dieu, dans ses bienfaits,
Qui daigne la choisir pour venger les forfaits.
Ô fille du Très-Haut, organe du génie,
Voix sublime et touchante, immortelle harmonie,
Toi qui fais retentir les saints échos du ciel
D’hymnes que vont chanter, près du trône éternel,
Les jeunes séraphins aux ailes enflammées ;
Lire la suite...

Réalisation : www.redigeons.com - http://www.webmarketing-seo.fr/