Poésie Alphonse Beauregard

Poésie Alphonse Beauregard

Ô les mots qu’on adresse à la femme attirante,
Les mots qu’on veut badins, spirituels, charmeurs ;
Mots voilés et pensifs, échappés ou qu’on tente !
– Prélude où le désir se cache dans les fleurs.

Ô les regards soudainement pleins de lumière,
Où se révèle un coeur ouvert et confiant,
Regards que l’on dirait de limpides prières !
Respectueux regards – manège inconscient.
Lire la suite...

Poésie Alphonse Beauregard

Comment savoir d’avance
Si ce nouvel amour sera la vague immense
Qui transportera l’âme ivre d’émotion,
Jusqu’où s’annonce, enfin, la révélation,
Ou s’il ira se perdre en fol espoir vivide,
En trépignements dans le vide ?
Lire la suite...

Poésie Alphonse Beauregard

Que chantent les grillons et s’allument les phares !
Un esprit est venu sur le fleuve houleux
Réapprendre à nos coeurs des mots miraculeux.
N’incite plus, ô vent, les feuilles aux bagarres.
Dans l’air est apparu l’ancien rêve d’amour,
L’impérissable rêve au chaste et blanc contour.
Grillons, chantez encore et que brillent les phares !
Lire la suite...

Poésie Alphonse Beauregard

Ainsi qu’en embuscade au socle qui l’attache
Et nu, comme autrefois ses aïeux au désert,
L’Iroquois belliqueux ranimé par Hébert,
Dans sa main de vaincu brandit toujours la hache.

Sous la pluie et la neige, impassible, il revoit
Les pirogues dansant de rapide en rapide,
Les poteaux de torture et les scalpes humides,
Les chasses des tribus maîtresses dans les bois.
Lire la suite...

Poésie Alphonse Beauregard

La montagne portait sa robe d’or bruni,
Or fragile tombant, feuille à feuille, des branches,
Dans le chemin, parmi la foule du dimanche,
Sur les sentiers ombreux et le gazon terni.

Reposés de leur course à travers l’infini,
Et doux, comme l’émoi d’une âme qui s’épanche,
Les rayons du soleil d’octobre, en nappes blanches
Sur le sol déjà froid, versaientt un feu béni.
Lire la suite...

Poésie Alphonse Beauregard

Le sentier que j’aime le mieux
Quitte en sournois la route blanche
Où passent trop de curieux,
Et disparait entre les branches.

Celui qui traça son parcours
Fut, je crois bien, un solitaire
Qui pour écrire ses amours,
Choisit comme papier la terre.
Lire la suite...

Poésie Alphonse Beauregard

Or, le sage, parti dès son adolescence
Pour juger les flambeaux qui le devaient guider,
Savait à quel néant marche la connaissance
Et confondait la vérité d’une croyance
Avec l’or, qui vaudra ce qu’on a décidé.

Les dieux que la pensée humaine, en son ornière,
Conçut et projeta dans le calme irréel,
Les dieux dont elle attend un rayon de lumière
Quand la souffrance abat l’orgueil sous sa lanière,
Le sage mesurait, en passant, leur autel.
Lire la suite...

Poésie Alphonse Beauregard

Je voudrais que la nuit fût opaque et figée,
Définitive et sourde, une nuit d’hypogée ;
J’oserais approcher, soudainement hardi,
De la femme pour qui je suis un grain de sable,
Et d’un mot lui crier mon rêve inguérissable.
Elle ne rirait pas, devinant un maudit.

Pour m’imposer à sa pitié de curieuse,
Je ferais de mon corps une chose hideuse
Lire la suite...

Poésie Alphonse Beauregard

Sur l’immensité noire une lumière brille
Et se dirige à la rencontre du steamer
Qui stoppe avec des bruits de vapeur et de fer.
Dans la nuit un sifflet perce comme une vrille.

Attente. Dans un mât s’éteint le signal vert.
La lumière approchant décèle une coquille,
Une barque dansante et qui montre sa quille ;
Elle s’en vient chercher du froment pour l’hiver.
Lire la suite...

Poésie Alphonse Beauregard / Textes et poésies

Jeunes filles qui brodez
En suivant des songeries,
Seules sur vos galeries,
Ou qui dehors regardez,
Comme des oiseaux en cage,
Si j’en avais le courage
Vers l’une de vous j’irais
– Dieu sait encore laquelle,
La plus triste ou la plus belle –
Et d’un ton simple dirais :
Lire la suite...

Réalisation : www.redigeons.com - http://www.webmarketing-seo.fr/