Les Alternances

Poésie Alphonse Beauregard

Tant que dans les places publiques
Les bancs remplissent leur devoir
D’hôtels sans frais ni domestiques,
Des gueux oisifs y viennent choir.

Vieillards qu’a rejetés l’usine.
Blêmes journaliers surmenés,
Types d’incertaine origine,
Anciens richards et pauvres nés,
Lire la suite...

C’est un grand vieux au dos voûté
– Figure osseuse et gros nez croche –
Qui cherche, d’un air embêté,
Quelque chose au fond de ses poches.
Son oeil s’illumine; il s’assoit.
Il a retrouvé sa torquette

Et la coupe en tremblant des doigts.
Sa face redevient muette.
Lire la suite...

Du haut de la côte pelée
Je l’aperçus courant, marchant,
Sinueuse, dans la vallée,
En plein soleil ou se cachant
Derrière un arbre, son ombrelle,
Ou dans un rideau de millet;
Et lorsque j’arrivai près d’elle,
Sur son gravier elle riait.
Lire la suite...
J’avais le souvenir d’ineffables aurores,
De ruisseaux cascadants cachés dans les vallons,
De pourpres archipels et de grèves sonores
Que visitent les flots crêtés et les hérons.

Je gardais le sourire accueillant des pinières
Qui filtrent le soleil dans leur dôme verni.
J’avais en moi des horizons où les rivières,
Dévalant des hauteurs, coulent vers l’infini.
Lire la suite...

Le sentier que j’aime le mieux
Quitte en sournois la route blanche
Où passent trop de curieux,
Et disparait entre les branches.

Celui qui traça son parcours
Fut, je crois bien, un solitaire
Qui pour écrire ses amours,
Choisit comme papier la terre.
Lire la suite...

Hanté de souvenirs, l’âme pleine d’images,
Je viens à ta beauté, seul, en pèlerinage,
Pays qui me fus bon.
De gradin en gradin, de pensée en pensée
J’ai gravi le sommet de l’arête dressée
Sur ton vaste horizon.

Et te voici, baignant dans l’or fauve d’octobre.
Pays de mon souhait, vallée aux lignes sobres
Où dort le fleuve bleu.
Lire la suite...

Réalisation : www.redigeons.com - http://www.webmarketing-seo.fr/