Les voix intérieures

Les voix intérieures

Regardez : les enfants se sont assis en rond.
Leur mère est à côté, leur mère au jeune front
Qu’on prend pour une soeur aînée ;
Inquiète, au milieu de leurs jeux ingénus,
De sentir s’agiter leurs chiffres inconnus
Dans l’urne de la destinée.

Près d’elle naît leur rire et finissent leurs pleurs.
Et son coeur est si pur et si pareil aux leurs,
Et sa lumière est si choisie,
Qu’en passant à travers les rayons de ses jours,

Lire la suite...

Les voix intérieures

Quelle est la fin de tout ? la vie, ou bien la tombe ?
Est-ce l’onde où l’on flotte ? est-ce l’ombre où l’on tombe ?

De tant de pas croisés quel est le but lointain ?
Le berceau contient-il l’homme ou bien le destin ?

Sommes-nous ici-bas, dans nos maux, dans nos joies,
Des rois prédestinés ou de fatales proies ?

Ô Seigneur, dites-nous, dites-nous, ô Dieu fort,

Si vous n’avez créé l’homme que pour le sort ?
Si déjà le calvaire est caché dans la crèche ?

Et si les nids soyeux, dorés par l’aube fraîche,

Lire la suite...

Les voix intérieures

C’était un grand château du temps de Louis treize.
Le couchant rougissait ce palais oublié.
Chaque fenêtre au loin, transformée en fournaise,
Avait perdu sa forme et n’était plus que braise.
Le toit disparaissait dans les rayons noyé.

Sous nos yeux s’étendait, gloire antique abattue,
Un de ces parcs dont l’herbe inonde le chemin,
Où dans un coin, de lierre à demi revêtue,
Sur un piédestal gris, l’hiver, morne statue,
Se chauffe avec un feu de marbre sous sa main.

Lire la suite...

Les voix intérieures

La tombe dit à la rose :
– Des pleurs dont l’aube t’arrose
Que fais-tu, fleur des amours ?
La rose dit à la tombe :
– Que fais-tu de ce qui tombe
Dans ton gouffre ouvert toujours ?
La rose dit : – Tombeau sombre,
De ces pleurs je fais dans l’ombre
Un parfum d’ambre et de miel.
La tombe dit : – Fleur plaintive,

Lire la suite...

Les voix intérieures

Dans ce jardin antique où les grandes allées
Passent sous les tilleuls si chastes, si voilées
Que toute fleur qui s’ouvre y semble un encensoir,
Où, marquant tous ses pas de l’aube jusqu’au soir,
L’heure met tour à tour dans les vases de marbre
Les rayons du soleil et les ombres de l’arbre,
Anges, vous le savez, oh ! comme avec amour,
Rêveur, je regardais dans la clarté du jour
Jouer l’oiseau qui vole et la branche qui plie,
Et de quels doux pensées mon âme était remplie,

Lire la suite...

Les voix intérieures

Ce siècle est grand et fort. Un noble instinct le mène.
Partout on voit marcher l’Idée en mission ;
Et le bruit du travail, plein de parole humaine,
Se mêle au bruit divin de la création.

Partout, dans les cités et dans les solitudes,
L’homme est fidèle au lait dont nous le nourrissions ;
Et dans l’informe bloc des sombres multitudes
La pensée en rêvant sculpte des nations.

L’échafaud vieilli croule, et la Grève se lave.
L’émeute se rendort. De meilleurs jours sont prêts.

Lire la suite...

Les voix intérieures

Ô Virgile ! ô poète ! ô mon maître divin !
Viens, quittons cette ville au cri sinistre et vain,
Qui, géante, et jamais ne fermant la paupière,
Presse un flot écumant entre ses flancs de pierre,
Lutèce, si petite au temps de tes Césars,
Et qui jette aujourd’hui, cité pleine de chars,
Sous le nom éclatant dont le monde la nomme,
Plus de clarté qu’Athène et plus de bruit que Rome.

Pour toi qui dans les bois fais, comme l’eau des cieux,
Tomber de feuille en feuille un vers mystérieux,

Lire la suite...

Réalisation : www.redigeons.com - http://www.webmarketing-seo.fr/