Les châtiments Livre IV

Les châtiments Livre IV / Poésie Victor Hugo

Aventurier conduit par le louche destin,
Pour y passer la nuit, jusqu’à demain matin,
Entre à l’auberge Louvre avec ta rosse Empire.

Molière te regarde et fait signe à Shakespeare ;
L’un te prend pour Scapin, l’autre pour Richard trois.
Entre en jurant et fais le signe de la croix.
L’antique hôtellerie est tout illuminée.
L’enseigne, par le temps salie et charbonnée,
Sur le vieux fleuve Seine, à deux pas du Pont-Neuf,
Lire la suite...

Les châtiments Livre IV / Poésie Victor Hugo

(APRÈS LEUR CONDAMNATION)

Mes fils, soyez contents ; l’honneur est où vous êtes.
Et vous, mes deux amis, la gloire, ô fiers poètes,
Couronne votre nom par l’affront désigné ;
Offrez aux juges vils, groupe abject et stupide,
Toi, ta douceur intrépide,
Toi, ton sourire indigné.

Dans cette salle où Dieu voit la laideur des âmes,
Devant ces froids jurés, choisis pour être infâmes,
Lire la suite...

Les châtiments Livre IV / Poésie Victor Hugo

Vicomte de Foucault, lorsque vous empoignâtes
L’éloquent Manuel de vos mains auvergnates,
Comme l’Océan bout quand tressaille l’Etna,
Le peuple tout entier s’émut et frissonna ;
On vit, sombre lueur, poindre mil-huit-cent-trente ;
L’antique royauté, fière et récalcitrante,
Chancela sur son trône, et dans ce noir moment
On sentit commencer ce vaste écroulement ;
Et ces rois, qu’on punit d’oser toucher un homme,
Etaient grands, et mêlés à notre histoire, en somme ;
Lire la suite...

Les châtiments Livre IV / Poésie Victor Hugo

Un immense frisson émeut la plaine obscure.
C’est l’heure où Pythagore, Hésiode, Épicure,
Songeaient ; c’est l’heure où, las d’avoir, toute la nuit,
Contemplé l’azur sombre et l’étoile qui luit,
Pleins d’horreur, s’endormaient les pâtres de Chaldée.
Là-bas, la chute d’eau, de mille plis ridée,
Brille, comme dans l’ombre un manteau de satin ;
Sur l’horizon lugubre apparaît le matin,
Face rose qui rit avec des dents de perles ;
Le bœuf rêve et mugit, les bouvreuils et les merles
Lire la suite...

Les châtiments Livre IV / Poésie Victor Hugo

Le sombre accablement d’être en ne pensant pas.
Ils s’appellent vulgus, plebs, la tourbe, la foule.
Ils sont ce qui murmure, applaudit, siffle, coule,
Bat des mains, foule aux pieds, bâille, dit oui, dit non,
N’a jamais de figure et n’a jamais de nom ;
Troupeau qui va, revient, juge, absout, délibère,
Détruit, prêt à Marat comme prêt à Tibère,
Foule triste, joyeuse, habits dorés, bras nus,
Pêle-mêle, et poussée aux gouffres inconnus.
Ils sont les passants froids, sans but, sans nœud, sans âge ;
Lire la suite...

Les châtiments Livre IV / Poésie Victor Hugo

Malgré moi je reviens, et mes vers s’y résignent,
A cet homme qui fut si misérable, hélas !
Et dont Mathieu Molé, chez les morts qui s’indignent,
Parle à Boissy d’Anglas.

Ô loi sainte ! Justice ! où tout pouvoir s’étaie,
Gardienne de tout droit et de tout ordre humain !
Cet homme qui, vingt ans, pour recevoir sa paie,
T’avait tendu la main,
Lire la suite...

Les châtiments Livre IV / Poésie Victor Hugo

Ce Zoïle cagot naquit d’une Javotte.
Le diable, – ce jour-là Dieu permit qu’il créât, –
D’un peu de Ravaillac et d’un peu de Nonotte
Composa ce gredin béat.

Tout jeune, il contemplait, sans gîte et sans valise,
Les sous-diacres coiffés d’un feutre en lampion ;
Vidocq le rencontra priant dans une église,
Et l’ayant vu loucher, en fit un espion.
Lire la suite...

Les châtiments Livre IV / Poésie Victor Hugo

Ces hommes qui mourront, foule abjecte et grossière,
Sont de la boue avant d’être de la poussière.
Oui, certes, ils passeront et mourront. Aujourd’hui
Leur vue à l’honnête homme inspire un mâle ennui.
Envieux, consumés de rages puériles,
D’autant plus furieux qu’ils se sentent stériles,
Ils mordent les talons de qui marche en avant.
Ils sont humiliés d’aboyer, ne pouvant
Jusqu’au rugissement hausser leur petitesse.
Ils courent, c’est à qui gagnera de vitesse,
Lire la suite...

Les châtiments Livre IV / Poésie Victor Hugo

Donc un homme a vécu qui s’appelait Varron,
Un autre Paul-Emile, un autre Cicéron ;
Ces hommes ont été grands, puissants, populaires,
Ont marché, précédés des faisceaux consulaires,
Ont été généraux, magistrats, orateurs ;
Ces hommes ont parlé devant les sénateurs ;
Ils ont vu, dans la poudre et le bruit des armées,
Frissonnantes, passer les aigles enflammées ;
La foule les suivait et leur battait des mains ;
Ils sont morts ; on a fait à ces fameux Romains
Des tombeaux dans le marbre, et d’autres dans l’histoire ;
Lire la suite...
Page 1 sur 212

Réalisation : www.redigeons.com - http://www.webmarketing-seo.fr/