Poésie Stéphane Mallarmé

Recueils de poèmes

Stéphane Mallarmé
3
Evaluer cet article

Stéphane Mallarmé

Stéphane Mallarmé, dont le vrai nom était Étienne Mallarmé, était un  grand poète symboliste français. Son travail anticipé et inspiré plusieurs écoles artistiques révolutionnaires du début du 20e siècle, tels que le dadaïsme, le surréalisme et le futurisme.

Biographie de Stéphane Mallarmé

Stéphane Mallarmé est né le 18 Mars 1842 à Paris. A l’âge de cinq ans, il a perdu sa mère et est confié à ses grands-parents. En 1855, il a été renvoyé de la pension après trois ans d’études, durant lesquels il s’est montré comme élève médiocre.

Stéphane Mallarmé

Stéphane Mallarmé

Lire la suite...

Textes poétiques

Evaluer cet article

Mes bouquins refermés sur le nom de Paphos
Il m’amuse d’élire avec le seul génie
Une ruine, par mille écumes bénie
Sous l’hyacinthe, au loin, de ses jours triomphaux.

Coure le froid avec ses silences de faux,
Je n’y hululerai pas de vide nénie
Si ce très blanc ébat au ras du sol dénie
À tout site l’honneur du paysage faux.

Ma faim qui d’aucuns fruits ici ne se régale
Trouve dans leur docte manque une saveur égale :

Lire la suite...

Textes poétiques

Evaluer cet article

À la nue accablante tu
Basse de basaltes et de laves
À même les échos esclaves
Par une trompe sans vertu

Quel sépulcral naufrage (tu
Le sais, écume, mais y baves)
Suprême une entre les épaves
Abolit le mât dévêtu

Ou cela que furibond faute
De quelque perdition haute

Lire la suite...

Textes poétiques

Evaluer cet article

M’introduire dans ton histoire
C’est en héros effarouché
S’il a du talon nu touché
Quelque gazon de territoire

À des glaciers attentatoire
Je ne sais le naïf péché
Que tu n’auras pas empêché
De rire très haut sa victoire

Dis si je ne suis pas joyeux
Tonnerre et rubis aux moyeux

Lire la suite...

Textes poétiques

Evaluer cet article

Quelle soie aux baumes de temps
Où la Chimère s’exténue
Vaut la torse et native nue
Que, hors de ton miroir, tu tends !

Les trous de drapeaux méditants
S’exaltent dans notre avenue :
Moi, j’ai la chevelure nue
Pour enfouir mes yeux contents.

Non ! La bouche ne sera sûre
De rien goûter à sa morsure

Lire la suite...

Textes poétiques

Evaluer cet article

Une dentelle s’abolit
Dans le doute du Jeu suprême
À n’entr’ouvrir comme un blasphème
Qu’absence éternelle de lit.

Cet unanime blanc conflit
D’une guirlande avec la même,
Enfoui contre la vitre blême
Flotte plus qu’il n’ensevelit.

Mais, chez qui du rêve se dore
Tristement dort une mandore

Lire la suite...

Textes poétiques

Evaluer cet article

Surgi de la croupe et du bond
D’une verrerie éphémère
Sans fleurir la veillée amère
Le col ignoré s’interrompt.

Je crois bien que deux bouches n’ont
Bu, ni son amant ni ma mère,
Jamais à la même Chimère,
Moi, sylphe de ce froid plafond !

Le pur vase d’aucun breuvage
Que l’inexhaustible veuvage

Lire la suite...

Textes poétiques

Evaluer cet article

Tout Orgueil fume-t-il du soir,
Torche dans un branle étouffée
Sans que l’immortelle bouffée
Ne puisse à l’abandon surseoir !

La chambre ancienne de l’hoir
De maint riche mais chu trophée
Ne serait pas même chauffée
S’il survenait par le couloir.

Affres du passé nécessaires
Agrippant comme avec des serres

Lire la suite...

Textes poétiques

Evaluer cet article

Au seul souci de voyager
Outre une Inde splendide et trouble
-Ce salut soit le messager
Du temps, cap que ta poupe double

Comme sur quelque vergue bas
Plongeante avec la caravelle
Écumait toujours en ébats
Un oiseau d’annonce nouvelle

Qui criait monotonement
Sans que la barre ne varie

Lire la suite...

Textes poétiques

Evaluer cet article

Toute Aurore même gourde
À crisper un poing obscur
Contre des clairons d’azur
Embouchés par cette sourde

A le pâtre avec la gourde
Jointe au bâton frappant dur
Le long de son pas futur
Tant que la source ample sourde

Par avance ainsi tu vis
O solitaire Puvis

Lire la suite...

Réalisation : www.redigeons.com - http://www.webmarketing-seo.fr/