Les Odes

Les Odes

Evaluer cet article

Verson ces roses pres ce vin,
De ce vin verson ces roses,
Et boyvon l’un à l’autre, afin
Qu’au coeur noz tristesses encloses
Prennent en boyvant quelque fin.

La belle Rose du Printemps
Aubert, admoneste les hommes
Passer joyeusement le temps,
Et pendant que jeunes nous sommes
Esbatre la fleur de noz ans.
Lire la suite...

Les Odes

Evaluer cet article

Quand je suis vingt ou trente mois
Sans retourner en Vendômois,
Plein de pensées vagabondes,
Plein d’un remords et d’un souci,
Aux rochers je me plains ainsi,
Aux bois, aux antres et aux ondes.

Rochers, bien que soyez âgés
De trois mil ans, vous ne changez
Jamais ni d’état ni de forme ;
Mais toujours ma jeunesse fuit,

Lire la suite...

Les Odes

Evaluer cet article

Pourtant, si j’ai le chef plus blanc
Que n’est d’un lis la fleur éclose,
Et toi le visage plus franc
Que n’est le bouton d’une rose

Pour cela, cruelle, il ne faut
Fuir ainsi ma tête blanche ;
Si j’ai la tête blanche en haut,
J’ai en bas la queue bien franche.

Ne sais-tu pas, toi qui me fuis,
Que pour bien faire une couronne,
Ou quelque beau bouquet, d’un lis
Toujours la rose on environne ?

 

Les Odes

Pierre de Ronsard

Les Odes

Evaluer cet article

Pourquoi, comme une jeune Poutre,
De travers guignes-tu vers moi ?
Pourquoi, farouche, fuis-tu outre,
Quand je veux approcher de toi ?

Tu ne veux pas que l’on te touche,
Mais si je t’avais sous ma main,
Assure-toi que dans la bouche
Bientôt je t’aurais mis le frein.

Puis, te voltant à toute bride,
Soudain je te ferais au cours,

Lire la suite...

Les Odes

Evaluer cet article

Ô Fontaine Bellerie,
Belle fontaine chérie
De nos Nymphes, quand ton eau
Les cache au creux de ta source,
Fuyantes le Satyreau,
Qui les pourchasse à la course
Jusqu’au bord de ton ruisseau,

Tu es la Nymphe éternelle
De ma terre paternelle :
Pource en ce pré verdelet

Lire la suite...

Les Odes / Poésie Pierre de Ronsard

Evaluer cet article

A Cassandre

Mignonne, allons voir si la rose
Qui ce matin avoit desclose
Sa robe de pourpre au Soleil,
A point perdu ceste vesprée
Les plis de sa robe pourprée,
Et son teint au vostre pareil.

Las ! voyez comme en peu d’espace,
Mignonne, elle a dessus la place
Las ! las ses beautez laissé cheoir !

Lire la suite...

Les Odes

Evaluer cet article

J’ai l’esprit tout ennuyé
D’avoir trop étudié
Les Phénomènes d’Arate ;
Il est temps que je m’ébatte
Et que j’aille aux champs jouer.
Bons Dieux ! qui voudrait louer
Ceux qui, collés sus un livre,
N’ont jamais souci de vivre ?

Que nous sert l’étudier,
Sinon de nous ennuyer ?

Lire la suite...

Les Odes

Evaluer cet article

Nuit, des amours ministre et sergente fidele
Des arrests de Venus, et des saintes lois d’elle,
Qui secrete acompaignes
L’impatient ami de l’heure acoutumée,
Ô l’aimée des Dieus, mais plus encore aimée
Des étoiles compaignes,

Nature de tes dons adore l’excellence,
Tu caches lés plaisirs desous muet silence
Que l’amour jouissante
Donne, quand ton obscur étroitement assemble

Lire la suite...

Les Odes

Evaluer cet article

L’inimitié que je te porte,
Passe celle, tant elle est forte,
Des aigneaux et des loups,
Vieille sorcîere deshontée,
Que les bourreaux ont fouëttée
Te honnissant de coups.

Tirant apres toy une presse
D’hommes et de femmes espesse,
Tu monstrois nud le flanc,
Et monstrois nud parmy la rue

Lire la suite...

Les Odes

Evaluer cet article

Couché sous tes ombrages verts,
Gastine, je te chante
Autant que les Grecs, par leurs vers
La forêt d’Érymanthe :

Car, malin, celer je ne puis
À la race future
De combien obligé je suis
À ta belle verdure,

Toi qui, sous l’abri de tes bois,
Ravi d’esprit m’amuses ;

Lire la suite...

Réalisation : www.redigeons.com - http://www.webmarketing-seo.fr/