Les meslanges

Les meslanges

Evaluer cet article

Que tu es Ciceron un affetté menteur,
Qui dis, qu’il n’y a mal sinon que l’infamie,
Si tu portois celui que me cause m’amie,
Pour le moins tu dirois que c’est quelque malheur.

Je sen journelement un aigle sus mon coeur,
J’entens un soing grifu, qui come une Furie
Me ronge impatient, puis tu veus que je die,
Abusé de tes mots, que mal n’est pas douleur

Vous en disputerés ainsi que bon vous semble,
Vous Philosofes, Grés, et vous Romains ensemble,

Lire la suite...

Les meslanges

Evaluer cet article

Quand au temple nous serons
Agenouillés, nous ferons
Les dévots selon la guise
De ceux qui pour louer Dieu
Humbles se courbent au lieu
Le plus secret de l’église.

Mais quand au lit nous serons
Entrelacés, nous ferons
Les lascifs selon les guises
Des amants qui librement

Lire la suite...

Les meslanges

Evaluer cet article

Mon petit Bouquet mon mignon,
Qui m’es plus fidel’ compaignon
Qu’Oreste ne fut à Pilade,
Tout le jour quand je suis malade
Mes valets qui pour leur devoir
Le soing de moy debvroient avoir,
Vont à leur plesir par la vile,
Et ma vieille garde inutile,
Aptes avoir largement beu,
Yvre, s’endort aupres du feu,

Lire la suite...

Les meslanges

Evaluer cet article

Je veux aymer ardentement,
Aussi veus-je qu’egallement
On m’ayme d’une amour ardente :
Toute amitié froidement lente
Qui peut dissimuler son bien
Ou taire son mal, ne vaut rien,
Car faire en amours bonne mine
De n’aymer point c’est le vray sine*.

Les amans si frois en esté
Admirateurs de chasteté,

Lire la suite...

Les meslanges

Evaluer cet article

Tai toi babillarde Arondelle,
Par Dieu je plumerai ton aile
Si je t’empongne, ou d’un couteau
Je te couperai ta languette,
Qui matin sans repos caquette
Et m’estourdit tout le cerveau.

Je te preste ma cheminée
Pour chanter toute la journée,
De soir, de nuit, quand tu voudras :
Mais au matin ne me reveille,
Et ne m’oste quand je sommeille
Ma Cassandre d’entre mes bras.

 

Les meslanges

Pierre de Ronsard

Les meslanges

Evaluer cet article

Pipé des ruses d’Amour
Je me promenois un jour
Devant l’huis de ma cruelle,
Et tant rebuté j’estois,
Qu’en jurant je prometois
De m’enfuir de chez elle.
Il sufist d’avoir esté
Neuf ou dix ans arresté
Es cordes d’Amour, disoie,
Il faut m’en developer,

Lire la suite...

Les meslanges

Evaluer cet article

J’avoi les yeux et le coeur
Malades d’une langueur
L’une à l’autre différente,
Toujours une fievre ardente
Le pauvre coeur me bruloit,
Et toujours l’oeil distiloit
Une pluye caterreuse,
Qui s’écoulant dangereuse
Tout le cerveau m’espuisoit.
Lors mon coeur aus yeus disoit :
Lire la suite...

Les meslanges

Evaluer cet article

Ah fievreuse maladie,
Coment es-tu si hardie
D’assaillir mon pauvre cors
Qu’amour dedans et dehors
De nuit et de jour m’enflame,
Jusques au profond de l’ame ;
Et sans pitié prend à jeu

De le mettre tout en feu :

Lire la suite...

Les meslanges

Evaluer cet article

T’oseroit bien quelque poëte
Nyer des vers, douce aloüette ?
Quant à moy je ne l’oserois,
Je veux celebrer ton ramage
Sur tous oyseaus qui sont en cage,
Et sur tous ceus qui sont es bois.

Qu’il te fait bon ouyr ! à l’heure
Que le bouvier les champs labeure
Quand la terre le printems sent,
Qui plus de ta chanson est gaye,

Lire la suite...

Les meslanges

Evaluer cet article

En vous donnant ce pourtraict mien
Dame, je ne vous donne rien
Car tout le bien qui estoit nostre
Amour dès le jour le fit vostre
Que vous me fistes prisonnier,
Mais tout ainsi qu’un jardinier

Envoye des presens au maistre
De son jardin loüé, pour estre
Toujours la grace desservant
De l’heritier, qu’il va servant

Lire la suite...

Réalisation : www.redigeons.com - http://www.webmarketing-seo.fr/