Satires

Satires

Evaluer cet article

Au Lecteur

Voici enfin la satire qu’on me demande depuis si longtemps. Si
j’ai tant tardé à la mettre au jour, c’est que j’ai été bien aise
qu’elle ne parût qu’avec la nouvelle édition qu’on faisoit de mon
livre, où je voulais qu’elle fût insérée. Plusieurs de mes amis à qui
je l’ai lue, en ont parlé dans le monde avec de grands éloges, et ont
publié que c’était la meilleure de mes satires. Ils ne m’ont pas en
cela fait plaisir. Je connois le public. Je sais que naturellement il
se révolte contre ces louanges outrées qu’on donne aux ouvrages avant
qu’ils aient paru ; et que la plupart des lecteurs ne lisent ce qu’on
leur a élevé si haut, qu’avec un dessein formé de le rabaisser.
Lire la suite...

Satires

Evaluer cet article

Qui frappe l’air, bon Dieu ! de ces lugubres cris ?
Est-ce donc pour veiller qu’on se couche à Paris ?
Et quel fâcheux démon, durant les nuits entières,
Rassemble ici les chats de toutes les gouttières ?
J’ai beau sauter du lit, plein de trouble et d’effroi,
Je pense qu’avec eux tout l’enfer est chez moi :

L’un miaule en grondant comme un tigre en furie ;
L’autre roule sa voix comme un enfant qui crie.
Ce n’est pas tout encor : les souris et les rats
Semblent, pour m’éveiller, s’entendre avec les chats,

Lire la suite...

Satires

Evaluer cet article

Jeune et vaillant héros, dont la haute sagesse
N’est point le fruit tardif d’une lente vieillesse,
Et qui seul, sans ministre, à l’exemple des dieux,
Soutiens tout par toi-même, et vois tout par tes yeux,
GRAND ROI, si jusqu’ici, par un trait de prudence,
J’ai demeuré pour toi dans un humble silence,
Ce n’est pas que mon coeur, vainement suspendu,
Balance pour t’offrir un encens qui t’est dû ;
Mais je sais peu louer ; et ma muse tremblante
Lire la suite...

Satires

Evaluer cet article

Damon, ce grand auteur, dont la muse fertile
Amusa si longtemps et la cour et la ville,
Mais qui, n’étant vêtu que de simple bureau,
Passe l’été sans linge et l’hiver sans manteau ;
Et de qui le corps sec et la mine affamée
N’en sont pas mieux refait pour tant de renommée ;

Las de perdre en rimant et sa peine et son bien,
D’emprunter en tous lieux et de ne gagner rien,
Sans habits, sans argent, ne sachant plus que faire,
Vient de s’enfuir, chargé de sa seule misère ;

Lire la suite...

Satires

Evaluer cet article

La noblesse, Dangeau, n’est pas une chimère,
Quand, sous l’étroite loi d’une vertu sévère,
Un homme issu d’un sang fécond en demi-dieux,
Suit, comme toi, la trace où marchaient ses aïeux.
ais je ne puis souffrir qu’un fat, dont la mollesse
N’a rien pour s’appuyer qu’une vaine noblesse,
Se pare insolemment du mérite d’autrui,
Et me vante un honneur qui ne vient pas de lui.

Je veux que la valeur de ses aïeux antiques
Ait fourni de matière aux plus vieilles chroniques,

Lire la suite...

Satires

Evaluer cet article

D’où vient, cher Le Vayer, que l’homme le moins sage
Croit toujours seul avoir la sagesse en partage,
Et qu’il n’est point de fou, qui, par belles raisons,
Ne loge son voisin aux Petites-Maisons ?
Un pédant enivré de sa vaine science,
Tout hérissé de grec, tout bouffi d’arrogance,
Et qui, de mille auteurs retenus mot pour mot,
Dans sa tête entassés, n’a souvent fait qu’un sot,

Croit qu’un livre fait tout, et que, sans Aristote,
La raison ne voit goutte, et le bon sens radote.

Lire la suite...

Satires

Evaluer cet article

Rare et fameux esprit, dont la fertile veine
Ignore en écrivant le travail et la peine ;
Pour qui tient Apollon tous ses trésors ouverts,
Et qui sais à quel coin se marquent les bons vers :
Dans les combats d’esprit savant maître d’escrime,
Enseigne-moi, Molière, où tu trouves la rime.
On dirait quand tu veux, qu’elle te vient chercher :
Jamais au bout du vers on ne te voit broncher ;
Et, sans qu’un long détour t’arrête ou t’embarrasse,
A peine as-tu parlé, qu’elle-même s’y place.

Lire la suite...

Réalisation : www.redigeons.com - http://www.webmarketing-seo.fr/