Poésies inédites

Recueils de poèmes

Poésies inédites

À Madame Desloges, née Leurs

Dans l’enclos d’un jardin gardé par l’innocence
J’ai vu naître vos fleurs avant votre naissance,
Beau jardin, si rempli d’oeillets et de lilas
Que de le regarder on n’était jamais las.

En me haussant au mur dans les bras de mon frère
Que de fois j’ai passé mes bras par la barrière
Pour atteindre un rameau de ces calmes séjours
Qui souple s’avançait et s’enfuyait toujours !
Que de fois, suspendus aux frêles palissades,

Lire la suite...

Poésies inédites

Les femmes, je le sais, ne doivent pas écrire ;
J’écris pourtant,
Afin que dans mon coeur au loin tu puisses lire
Comme en partant.

Je ne tracerai rien qui ne soit dans toi-même
Beaucoup plus beau :
Mais le mot cent fois dit, venant de ce qu’on aime,
Semble nouveau.

Qu’il te porte au bonheur ! Moi, je reste à l’attendre,
Bien que, là-bas,

Lire la suite...

Poésies inédites

Hirondelle ! hirondelle ! hirondelle !
Est-il au monde un coeur fidèle ?
Ah ! s’il en est un, dis-le moi,
J’irai le chercher avec toi.

Sous le soleil ou le nuage,
Guidée à ton vol qui fend l’air,
Je te suivrai dans le voyage
Rapide et haut comme l’éclair.
Hirondelle ! hirondelle ! hirondelle !
Est-il au monde un coeur fidèle ?

Lire la suite...

Poésies inédites

Tu n’auras pas semé ta couronne étoilée
Sur le miroir tari du ruisseau de tes jours.
Toute pleine de jours, toi, tu t’en es allée
Et ton frais souvenir en scintille toujours.

 

Poésies inédites

Marceline Desbordes-Valmore

Poésies inédites

Il a parlé. Prévoyante ou légère,
Sa voix cruelle et qui m’était si chère
A dit ces mots qui m’atteignaient tout bas :
“Vous qui savez aimer, ne m’aimez pas !

“Ne m’aimez pas si vous êtes sensible,
“Jamais sur moi n’a plané le bonheur.
“Je suis bizarre et peut-être inflexible ;
“L’amour veut trop : l’amour veut tout un coeur
“Je hais ses pleurs, sa grâce ou sa colère ;
“Ses fers jamais n’entraveront mes pas. ”
Lire la suite...

Poésies inédites

Au docteur Veyne.

Si je pouvais trouver un éternel sourire,
Voile innocent d’un coeur qui s’ouvre et se déchire,
Je l’étendrais toujours sur mes pleurs mal cachés
Et qui tombent souvent par leur poids épanchés.

Renfermée à jamais dans mon âme abattue,
Je dirais : ” Ce n’est rien ” à tout ce qui me tue ;
Et mon front orageux, sans nuage et sans pli,
Du calme enfant qui dort peindrait l’heureux oubli.

Dieu n’a pas fait pour nous ce mensonge adorable,

Lire la suite...

Poésies inédites

Le soleil brûlait l’ombre, et la terre altérée
Au crépuscule errant demandait un peu d’eau ;
Chaque fleur de sa tête inclinait le fardeau
Sur la montagne encor dorée.

Tandis que l’astre en feu descend et va s’asseoir
Au fond de sa rouge lumière,
Dans les arbres mouvants frissonne la prière,
Et dans les nids : ” Bonsoir ! Bonsoir ! ”

Pas une aile à l’azur ne demande à s’étendre,
Pas un enfant ne rôde aux vergers obscurcis,
Et dans tout ce grand calme et ces tons adoucis
Le moucheron pourrait s’entendre.

 

Poésies inédites

Marceline Desbordes-Valmore

Poésies inédites

Tu m’as connue au temps des roses,
Quand les colombes sont écloses ;
Tes yeux alors pleins de soleil
Ont brillé sur mon teint vermeil.
Souriant à ma destinée,
Par ta douce force entraînée,
Je ne t’aimai pas à demi,
Mon jeune ami, mon seul ami !

À l’étonnement de nos âmes
Tout jetait des fleurs et des flammes ;

Lire la suite...

Poésies inédites

Pardonnez-moi, Seigneur, mon visage attristé,
Vous qui l’aviez formé de sourire et de charmes ;
Mais sous le front joyeux vous aviez mis les larmes,
Et de vos dons, Seigneur, ce don seul m’est resté.

C’est le mois envié, c’est le meilleur peut-être :
Je n’ai plus à mourir à mes liens de fleurs ;
Ils vous sont tous rendus, cher auteur de mon être,
Et je n’ai plus à moi que le sel de mes pleurs.

Les fleurs sont pour l’enfant ; le sel est pour la femme ;
Faites-en l’innocence et trempez-y mes jours.

Lire la suite...

Poésies inédites

Il est du moins au-dessus de la terre
Un champ d’asile où monte la douleur ;
J’y vais puiser un peu d’eau salutaire
Qui du passé rafraîchit la couleur.
Là seulement ma mère encor vivante
Sans me gronder me console et m’endort ;
O douce nuit, je suis votre servante :
Dans votre empire on aime donc encor !

Non, tout n’est pas orage dans l’orage ;
Entre ses coups, pour desserrer le coeur,

Lire la suite...

Réalisation : www.redigeons.com - http://www.webmarketing-seo.fr/