Les Fables Livre 5

Les Fables Livre 5

Un angora que sa maîtresse
Nourrissait de mets délicats
Ne faisait plus la guerre aux rats ;
Et les rats, connaissant sa bonté, sa paresse,
Allaient, trottaient partout, et ne se gênaient pas.
Un jour, dans un grenier retiré, solitaire,
Où notre chat dormait après un bon festin,
Plusieurs rats viennent dans le grain
Prendre leur repas ordinaire.
L’angora ne bougeait. Alors mes étourdis

Lire la suite...

Les Fables Livre 5

La vanité nous rend aussi dupes que sots.
Je me souviens, à ce propos,
Qu’au temps jadis, après une sanglante guerre
Où, malgré les plus beaux exploits,
Maint lion fut couché par terre,
L’éléphant régna dans les bois.
Le vainqueur, politique habile,
Voulant prévenir désormais
Jusqu’au moindre sujet de discorde civile,
De ses vastes états exila pour jamais

Lire la suite...

Les Fables Livre 5

Un jeune grand seigneur à des jeux de hasard
Avait perdu sa dernière pistole,
Et puis joué sur sa parole :
Il fallait payer sans retard ;
Les dettes du jeu sont sacrées.
On peut faire attendre un marchand,
Un ouvrier, un indigent,
Qui nous a fourni ses denrées ;
Mais un escroc ? L’honneur veut qu’au même moment
On le paye, et très poliment.

Lire la suite...

Les Fables Livre 5

C’est assez, suspendons ma lyre,
Terminons ici mes travaux :
Sur nos vices, sur nos défauts,
J’aurais encor beaucoup à dire ;
Mais un autre le dira mieux.
Malgré ses efforts plus heureux,
L’orgueil, l’intérêt, la folie,
Troubleront toujours l’univers ;
Vainement la philosophie
Reproche à l’homme ses travers,

Lire la suite...

Les Fables Livre 5

Un auteur se plaignait que ses meilleurs écrits
Étaient rongés par les souris.
Il avait beau changer d’armoire,
Avoir tous les pièges à rats,
Et de bons chats ;
Rien n’y faisait : prose, vers, drame, histoire,
Tout était entamé ; les maudites souris
Ne respectaient pas plus un héros et sa gloire,
Ou le récit d’une victoire,
Qu’un petit bouquet à Chloris.

Lire la suite...

Les Fables Livre 5

Mon fils, disait un jour Jupiter à Minos,
Toi qui juges la race humaine,
Explique-moi pourquoi l’enfer suffit à peine
Aux nombreux criminels que t’envoie Atropos.

Quel est de la vertu le fatal adversaire
Qui corrompt à ce point la faible humanité ?
C’est, je crois, l’intérêt. – l’intérêt ? Non, mon père.
– Et qu’est-ce donc ? – l’oisiveté.

 

Les Fables Livre 5

Jean-Pierre Claris de Florian

Les Fables Livre 5

Mon frère, sais-tu la nouvelle ?
Mouflar, le bon Mouflar, de nos chiens le modèle,
Si redouté des loups, si soumis au berger,
Mouflar vient, dit-on, de manger
Le petit agneau noir, puis la brebis sa mère,
Et puis sur le berger s’est jeté furieux.
– Serait-il vrai ? -très vrai, mon frère.
– À qui donc se fier, grands dieux !
C’est ainsi que parlaient deux moutons dans la plaine ;
Et la nouvelle était certaine.

Lire la suite...

Les Fables Livre 5

Sur le pont-neuf, entouré de badauds,
Un charlatan criait à pleine tête :
Venez, messieurs, accourez faire emplette
Du grand remède à tous les maux :
C’est une poudre admirable
Qui donne de l’esprit aux sots,
De l’honneur aux fripons, l’innocence aux coupables,
Aux vieilles femmes des amants,
Au vieillard amoureux une jeune maîtresse,
Aux fous le prix de la sagesse,

Lire la suite...

Les Fables Livre 5

Il est certains esprits d’un naturel hargneux
Qui toujours ont besoin de guerre ;
Ils aiment à piquer, se plaisent à déplaire,
Et montrent pour cela des talents merveilleux.
Quant à moi, je les fuis sans cesse,
Eussent-ils tous les dons et tous les attributs :
J’y veux de l’indulgence ou de la politesse ;
C’est la parure des vertus.
Un hérisson, qu’une tracasserie

Lire la suite...

Les Fables Livre 5

Dans le calice d’une fleur
La guêpe un jour voyant l’abeille,
S’approche en l’appelant sa soeur.
Ce nom sonne mal à l’oreille
De l’insecte plein de fierté,
Qui lui répond : nous soeurs ! Ma mie,
Depuis quand cette parenté ?
Mais c’est depuis toute la vie,
Lui dit la guêpe avec courroux :
Considérez-moi, je vous prie :

Lire la suite...

Réalisation : www.redigeons.com - http://www.webmarketing-seo.fr/