Les Fables Livre 4

Les Fables Livre 4

Partir avant le jour, à tâtons, sans voir goutte,
Sans songer seulement à demander sa route,
Aller de chute en chute, et, se traînant ainsi,
Faire un tiers du chemin jusqu’à près de midi ;
Voir sur sa tête alors amasser les nuages,
Dans un sable mouvant précipiter ses pas,
Courir, en essuyant orages sur orages,
Vers un but incertain où l’on n’arrive pas ;
Détrompé vers le soir chercher une retraite,
Arriver haletant, se coucher, s’endormir :
On appelle cela naître, vivre, et mourir.
La volonté de Dieu soit faite.

 

Les Fables Livre 4

Jean-Pierre Claris de Florian

Les Fables Livre 4

Contraint de renoncer à la chevalerie,
Don Quichotte voulut, pour se dédommager,
Mener une plus douce vie,
Et choisit l’état de berger.
Le voilà donc qui prend panetière et houlette,
Le petit chapeau rond garni d’un ruban vert
Sous le menton faisant rosette.
Jugez de la grâce et de l’air
De ce nouveau Tircis ! Sur sa rauque musette
Il s’essaie à charmer l’écho de ces cantons,

Lire la suite...

Les Fables Livre 4

Une jeune guenon cueillit
Une noix dans sa coque verte ;
Elle y porte la dent, fait la grimace… ah ! Certes,
Dit-elle, ma mère mentit
Quand elle m’assura que les noix étaient bonnes.
Puis, croyez aux discours de ces vieilles personnes
Qui trompent la jeunesse ! Au diable soit le fruit !
Elle jette la noix. Un singe la ramasse,
Vite entre deux cailloux la casse,
L’épluche, la mange, et lui dit :

Lire la suite...

Les Fables Livre 4

Guillot, disait un jour Lucas
D’une voix triste et lamentable,
Ne vois-tu pas venir là-bas
Ce gros nuage noir ? C’est la marque effroyable
Du plus grand des malheurs. Pourquoi ? Répond Guillot.
– pourquoi ? Regarde donc : ou je ne suis qu’un sot,
Ou ce nuage est de la grêle
Qui va tout abîmer, vigne, avoine, froment ;
Toute la récolte nouvelle
Sera détruite en un moment.

Lire la suite...

Les Fables Livre 4

Dans le beau siècle d’or, quand les premiers humains,
Au milieu d’une paix profonde,
Coulaient des jours purs et sereins,
La vérité courait le monde
Avec son miroir dans les mains.
Chacun s’y regardait, et le miroir sincère
Retraçait à chacun son plus secret désir
Sans jamais le faire rougir ;
Temps heureux, qui ne dura guère !
L’homme devint bientôt méchant et criminel.

Lire la suite...

Les Fables Livre 4

Que je hais cet art de pédant,
Cette logique captieuse,
Qui d’une chose claire en fait une douteuse,
D’un principe erroné tire subtilement
Une conséquence trompeuse,
Et raisonne en déraisonnant !
Les grecs ont inventé cette belle manière.
Ils ont fait plus de mal qu’ils ne croyaient en faire.
Que Dieu leur donne paix ! Il s’agit d’un renard,
Grand argumentateur, célèbre babillard,

Lire la suite...

Les Fables Livre 4

Persécuté, proscrit, chassé de son asile,
Pour avoir appelé les choses par leur nom,
Un pauvre philosophe errait de ville en ville,
Emportant avec lui tous ses biens, sa raison.
Un jour qu’il méditait sur le fruit de ses veilles,
C’était dans un grand bois, il voit un chat-huant
Entouré de geais, de corneilles,
Qui le harcelaient en criant :
C’est un coquin, c’est un impie,
Un ennemi de la patrie ;

Lire la suite...

Les Fables Livre 4

Une fauvette dont la voix
Enchantait les échos par sa douceur extrême
Espéra surpasser le rossignol lui-même,
Et lui fit un défi. L’on choisit dans le bois
Un lieu propre au combat. Les juges se placèrent :
C’étaient le linot, le serin,
Le rouge-gorge et le tarin.
Tous les autres oiseaux derrière eux se perchèrent.
Deux vieux chardonnerets et deux jeunes pinsons
Furent gardes du camp, le merle était trompette.

Lire la suite...

Les Fables Livre 4

Un milan plumait un pigeon,
Et lui disait : méchante bête,
Je te connais, je sais l’aversion
Qu’ont pour moi tes pareils : te voilà ma conquête !
Il est des dieux vengeurs. Hélas ! Je le voudrais,
Répondit le pigeon. ô comble des forfaits !
S’écria le milan ! Quoi ! Ton audace impie
Ose douter qu’il soit des dieux ?
J’allais te pardonner : mais, pour ce doute affreux,
Scélérat, je te sacrifie.

 

Les Fables Livre 4

Jean-Pierre Claris de Florian

Les Fables Livre 4

Unis dès leurs jeunes ans
D’une amitié fraternelle,
Un lapin, une sarcelle,
Vivaient heureux et contents.
Le terrier du lapin était sur la lisière
D’un parc bordé d’une rivière.
Soir et matin nos bons amis,
Profitant de ce voisinage,
Tantôt au bord de l’eau, tantôt sous le feuillage,
L’un chez l’autre étaient réunis.

Lire la suite...

Réalisation : www.redigeons.com - http://www.webmarketing-seo.fr/