Les Fables Livre 3

Lorsque le fils d'Alcmène, après ses longs travaux, Fut reçu dans le ciel, tous les dieux s'empressèrent De venir au devant de ce fameux héros. Mars, Minerve, Vénus, tendrement l'embrassèrent. Junon même lui fit un accueil assez doux. Hercule transporté les remerciait tous,

Un homme riche, sot et vain, Qualités qui par fois marchent de compagnie, Croyait pour tous les arts avoir un goût divin, Et pensait que son or lui donnait du génie. Chaque jour à sa table on voyait réunis Peintres, sculpteurs, savants, artistes, beaux esprits, Qui lui prodiguaient les hommages,

Certain roi qui régnait sur les rives du Tage, Et que l'on surnomma le sage , Non parcequ'il était prudent, Mais parcequ'il était savant, Alphonse, fut surtout un habile astronome. Il connaissait le ciel bien mieux que son royaume, Et quittait souvent son conseil Pour la lune ou pour le soleil.

Un vieux renard cassé, goutteux, apoplectique, Mais instruit, éloquent, disert, Et sachant très bien sa logique, Se mit à prêcher au désert. Son style était fleuri, sa morale excellente. Il prouvait en trois points que la simplicité, Les bonnes moeurs, la probité, Donnent à peu de frais cette félicité

Un lièvre de bon caractère Voulait avoir beaucoup d'amis. Beaucoup ! Me direz-vous, c'est une grande affaire ; Un seul est rare en ce pays. J'en conviens ; mais mon lièvre avait cette marotte, Et ne savait pas qu'Aristote

L'aimable et tendre Philomèle, Voyant commencer les beaux jours, Racontait à l'écho fidèle Et ses malheurs et ses amours. Le plus beau paon du voisinage, Maître et sultan de ce canton,

Un rhinocéros jeune et fort Disait un jour au dromadaire : Expliquez-moi, s'il vous plaît, mon cher frère, D'où peut venir pour nous l'injustice du sort. L'homme, cet animal puissant par son adresse, Vous recherche avec soin, vous loge, vous chérit, De son pain même vous nourrit, Et croit augmenter sa richesse

Deux jeunes bacheliers logés chez un docteur Y travaillaient avec ardeur À se mettre en état de prendre leurs licences. Là, du matin au soir, en public disputant, Prouvant, divisant, ergotant Sur la nature et ses substances, L'infini, le fini, l'âme, la volonté,

Des laboureurs vivaient paisibles et contents Dans un riche et nombreux village ; Dès l'aurore ils allaient travailler à leurs champs, Le soir ils revenaient chantants Au sein d'un tranquille ménage ; Et la nature bonne et sage, Pour prix de leurs travaux, leur donnait tous les ans

Des singes dans un bois jouaient à la main chaude ; Certaine guenon moricaude, Assise gravement, tenait sur ses genoux La tête de celui qui, courbant son échine, Sur sa main recevait les coups. On frappait fort, et puis devine ! Il ne devinait point ; c'était alors des ris,

Réalisation : www.redigeons.com - http://www.webmarketing-seo.fr/